Rapp

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1884 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

Le métier de chercheur en biologie marine est souvent idéalisé lorsque l’on est plus jeune. En premier lieu, le terme « être chercheur » donne l’image déformée d’un scientifique qui fait constamment de grandes découvertes très importantes. Puis le domaine de la biologie marine ajoute à cela une association avec les mots « plongée », « dauphins »… et surtout « passion ». Ilapparaît alors que ce métier semble parfait et sans contrainte, et donne l’illusion de vacances au bord de la mer armé d’un masque et tuba pour découvrir les mystères de l’océan.

C’est parce que j’ai moi-même rêvé ce métier lorsque que j’étais jeune adolescente que j’ai choisi d’y apporter plus d’attention. Cependant, en grandissant, je me doutais que cette vision ne pouvait être que fausse.
Eneffet, il est connu que, pour la plupart, les chercheurs sont très mal payés par rapport au nombre d’années d’études nécessaires pour réaliser ce métier, et qu’il y n’a que peu de places pour un grand nombre de candidats. Par ailleurs, avant de commencer mes recherches, je pensais aussi qu’il était absolument nécessaire d’avoir réalisé une thèse pour pouvoir exercer ce métier et d’être curieux etpassionné. En revanche, je ne savais absolument pas quelle était l’activité au quotidien d’un chercheur en biologie marine. Par exemple, je me demandais s’il travaillait plus souvent en laboratoire que sur le terrain.

Afin d’avoir une idée plus objective et concrète de ce métier, j’ai réalisé des recherches sur internet et sur des magazines, puis j’ai interviewé trois chercheurs en biologie marinepour avoir leur avis personnel sur leur métier.

Matériel et méthode

Pour avancer mes recherches dans un esprit de démarche scientifique, il m’a paru indispensable de diversifier les ressources pour avoir une plus grande diversité de résultats et donc avoir une meilleure objectivité.

C’est pourquoi je me suis d’abord tournée vers le SUIO (Service Universitaire d'Information etd'Orientation) de Luminy. J’ai utilisé deux dossiers de la revue Actuel Cidj : un concernant les métiers de l’océanographie et l’autre les métiers de la recherche.
Puis j’ai effectué des recherches sur internet ce qui m’a amené à de nombreux sites et forums. Cependant, une grande partie des articles évoque les anciens cursus qui ont été remplacés par le système License-Master-Doctorat en 2005, ce quisignifie que les articles ont été écrits avant cette date. De plus, la quantité de résultats étant énorme et les informations pas forcément précises ou fiables, je n’ai utilisé que quelques sites.
Enfin, j’ai interviewé trois personnes toujours dans le but d’avoir la meilleure objectivité. Je les ai choisies par rapport au nombre d’années d’expérience qu’ils ont dans le métier car une personne quidébute n’a pas le même point de vu qu’une personne en fin de carrière. Par ailleurs, ces trois personnes ne travaillent pas sur le même sujet et ont des activités différentes. M. Javanaud Cédric est ATER (Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche) en dernière année au centre d’océanologie de Marseille et étudie le cycle de l’azote dans les vases du bassin d’Arcachon et en particulier lesmicro-organismes qui y vivent. Il n’est donc qu’au tout début de sa carrière. M. Bianchimani Olivier est chercheur-plongeur dans une petite association, Ecosub Méditerranée, dont il est le président et étudie les écosystèmes marins. Il est depuis cinq ans dans la vie active. Enfin, Mlle Botha Delphine est Enseignant-Chercheur et maître de conférences au Centre Océanologique de Marseille à Luminy et estspécialisée dans l’étude du plancton marin. Elle a de nombreuses années d’expériences.

Les recherches ont été relativement fructueuses. J’ai toutefois aussi contacté une quatrième personne, M. Boudouresque, qui n’a pas répondu à mon mail. Il aurait été intéressant de l’interviewer car il est en fin de carrière ce qui aurait probablement apporté plus de critiques. Par ailleurs, du fait de...
tracking img