Rapport cimade

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 59 (14743 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
RAPPORT DE STAGE A RESPONSABILITE EDUCATIVE

Sommaire

INTRODUCTION p.3

A - Historique du droit d'asile p.4 à 8

B - Contexte institutionnel p.8 à 13

1 - Historique de la Cimade p.8
2 - Finalité du Centre p.9 à 10
3 - Organisation administrative p.10 à 11
4 - Organisation fonctionnelle p.11
5 - Organisation matérielle p.12
6 - Quelquesréflexions p.12 à 13

C - Les usagers p.13 à 20

D - L'intervention éducative p.20 à 32

1 - Objectifs et moyens du Centre p.20 à 25
2 - Méthode d'évaluation p.25 à 26
3 - Analyse du rôle de l'éducateur p.26 à 32

E - Projet d'intervention p.32 à 39

1 - Analyse de la situation p.32 à 34
2 - Objectifs du projet p.34 à 35
3 - Evolutiondes actions menées p.35 à 37
4 - Evaluation du projet mené p.37 à 39

CONCLUSION p.40

INTRODUCTION

J'ai effectué mon stage à responsabilité éducative au sein du Centre International de la Cimade à Massy. Ce foyer est un Centre Provisoire d'Hébergement qui accueille environ 60 réfugiés politiques et 25 étudiants ou passagers.

Ma principale motivation réside dans lefait que ce stage rentre directement dans le cadre de mon projet professionnel futur. En effet, je souhaite pouvoir exercer la profession d'éducateur spécialisé dans des structures accueillant des populations immigrées ou dans des structures ayant pour mission l'insertion des personnes en difficulté sociale.

Je souhaitais ainsi découvrir la spécificité de l'accompagnement des réfugiés politiqueen Centre Provisoire d'Hébergement.

Nous allons ainsi, dans un premier temps poser quelques jalons en retraçant les diverses évolutions du droit d'asile.

Dans un second temps, nous présenterons le Centre international de la Cimade. Puis, nous analyserons les différentes caractéristiques spécifiques aux réfugiés résidant au Centre.

Par la suite, nous analyserons les différents moyensmis en œuvre au Centre visant à favoriser l'insertion des réfugiés.

Enfin, nous présenterons le projet d'intervention que j'ai été amené à mettre en place.

A - Historique du droit d'asile

On ne peut s'intéresser au phénomène migratoire sans réfléchir à la cause, c'est à dire à la nature liée aux motifs du départ. Le désir d'enrichissement et celui d'une vie meilleure multipliaientles candidats à la migration économique que les sociétés d'immigrations distinguent de la migration politique motivée par la nécessité de se protéger contre les menaces d'insécurité politiques et civiles.

Au haut moyen âge, la notion d'asile liée à la paix de Dieu était attachée à la sanctuarisation du lieu de culte, enclos funéraires, monastères et églises relevant de l'autoritéecclésiastique et conférant la protection par immunités à quiconque se trouvait en danger[1].

Un mouvement s'opère, celui de la territorialisation du droit d'asile aux frontières de l'état. Avec le passage de l'état dynastique à l'état bureaucratique, l'état s'arroge le monopole par le droit de l'attribution de l'asile. La Constitution de 1793 prévoyait de donner asile aux "étrangers bannis deleur patrie pour la cause de la liberté"[2].

Au fil des années, le caractère juridique de la procédure d'asile s'est accentué. Le dernier grand changement qui constitue le cadre de référence en regard de la question des réfugiés est la Convention de Genève du 28 juillet 1951. Cette convention stipule qu'un réfugié est une personne qui

"Craignant avec raison d'être persécutédu fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité ou de son appartenance à un groupe social, ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont il a la nationalité et ne peut ou, du fait de sa crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays." (Convention de Genève, article 1er, A2).

En tant que convention internationale, son application est prévue dans des textes...
tracking img