Rapport de lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4687 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
De la lecture au sens des mots.
* Huis Clos ; Jean Paul Sartre

Le livre « Huis clos » de Jean-Paul Sartre est une pièce de théâtre. On peut y retrouver bon nombre de thèmes. Parmi ceux-ci, j’ai relevé trois thèses.
Premièrement, chacun est l’enfer de chacun. Ensuite, les autres nous renvoient l’image de nous-mêmes, celle que l’on ne veut pas voir. Et enfin, chacun inflige une torturemorale à l’autre. Toutes les trois sont basées sur la phrase « L’enfer, c’est les autres ».
Garcin : « Vous m’aiderez. Il faudrait peu de chose, Inès : tout juste un peu de volonté. »
Inès : « De la bonne volonté où voulez-vous que j’en prenne ? Je suis pourri.»
Garcin : «  Et moi ? Tout de même, si nous essayions ? »
Inès : « Je suis sèche. Je ne peux ni recevoir ni donner ; commentvoulez-vous que je vous aide ? Une branche morte, le feu va s’ mettre. (Elle regarde Estelle) Florence était blonde. »
Garcin : « Est-ce que vous savez que cette petite sera votre bourreau ? »
Inès : « Peut-être bien que je m’en doute. »
Ce passage cible le personnage d’Inès. Effectivement, dans ce passage, on retrouve la thèse « Chacun est l’enfer de chacun ». Elle se retrouve en enfer en raison del’amour porté à sa meilleure amie. Celle-ci était mariée. Inès, à cause de son amour interdit, a tué Florence à petit feu. Estelle est le bourreau d’Inès. Inès est amoureuse d’Estelle mais celle-ci, comme Florence, n’aime pas les femmes. Elle sera sa pénitence. On peut également retrouver la thèse : «  Chacun inflige une torture morale à l’autre ».
Inès est la seule à ne pas se voiler la face. Ellesait qui elle est, elle connaît ses actes, elle a les idées claires. En effet, certains passages le font ressortir : « Je ne suis pas polie. » ; « Allez ! Je sais ce que je dis. Je me suis regardée dans la glace. » De plus, le passage suivant, démontre sa lucidité par rapport à elle-même et son crime. « Je vous le dirai plus tard. Moi, je suis méchante : ça veut dire que j’ai besoin de lasouffrance des autres pour exister. Une torche. Une torche dans les cœurs. Quand je suis toute seule, je m’éteins. Six mois durant, j’ai flambé dans son cœur ; j’ai tout brûlé. Elle s’est levée une nuit ; elle a été ouvrir le robinet du gaz sans que je m’en doute, et puis elle s’est recouchée près de moi. Voilà. »

Inès joue aussi le rôle du miroir des deux autres personnages. Elle arrive à leurfaire avouer leur crime et les raisons de celui-ci. Inès à Estelle : « Qu’avez-vous fait ? Pourquoi vous ont-ils envoyé ici ? » Ici, son insistance fera avouer à Estelle son crime, son histoire, ses raisons. Inès à Garcin : « Et votre femme Garcin ? » Là aussi, Garcin avouera la vérité de son crime envers sa femme grâce à Inès. Ces passages montrent bien que « Les autres nous renvoient l’image denous-mêmes, celle que l’on ne veut pas voir. » Dans ce cas, cette image qu’on ne supporte pas, et qu’on ne veut pas avouer.
Le livre de Jean-Paul Sartre nous fait comprendre que les autres sont là pour notre bien comme pour notre souffrance. Nous avons besoin des autres pour exister. Sans eux, nous ne verrions que ce que l’on croit être. Sartre fait du personnage d’Inès, l’emblème des deuxautres personnages, leur miroir, leur force.
NB : Jean-Paul Sartre, Huis clos, Edition Gallimard, 1947

* Le Tartuffe ; Molière

Orgon, ce personnage aveuglé par Tartuffe, a également besoin des autres pour se rendre compte de la vérité. En effet, Tartuffe est un être hypocrite et profiteur.
Au début de l’histoire, seul le père de famille, Orgon croit en l’honnêteté et la bonté de Tartuffe.Les autres membres de la famille voient en lui, un être mesquin et manipulateur. En effet, Tartuffe arrive à monter le père de famille contre son fils et par la même occasion déshérité celui-ci. Damis, le fils d’Orgon, essaye d’ouvrir les yeux de son père. Pour se faire, il essaye de lui expliquer la vraie personnalité de Tartuffe. Il ne veut rien entendre et comme « punition » le déshérite à...
tracking img