Rapport de sortie pedagogique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1099 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Introduction
Le douze mars deux mil onze, les classes de 3éme ont fait une sortie pédagogique dont le thème porte sur : <<Ressources et processus de développement au Benin : défis et contraintes (le cas de la vallée de l’Ouémé)>>. Identifions les différentes ressources dont regorge la vallée de l’Ouémé et les difficultés liées à leur mise en valeur puis proposons quelquessolutions.

II- Les ressources ligneuses avant la vallée de l’Ouémé

Les ressources ligneuses sont les différentes ressources issues du bois. On les utilise à différentes fin. Avant d’arriver à la vallée de l’Ouémé, nous avons vu des bambous qui poussent à Koba. Cette plante est importée du Nigéria. Nous avons aussi vu la paille qui pousse naturellement et avec laquelle les habitants font lestoits de leurs maisons, les clôtures et autres. Il y avait aussi :
* des badamiers importés de l’Amérique depuis l’esclavage et qui produisent des badâmes ;
* l’arbre à pain qui produit un fruit communément appelé « blèfoutou » ;
* les fougères avec lesquels les paysans nourrissent leurs bétails.
A coté de la lagune de Porto-Novo, nous pouvons voir des joncs ou roseaux utilisés pourfaire des nattes. A Porto-Novo, nous avions vu des variétés d’arbres comme l’Eucalyptus, le teck, l’acacia, le rônier et d’autres arbres à fruits. Il y avait aussi de petites forêts avec des multitudes d’espèces d’arbres.

Espèces d’arbres poussant dans les petits forets

III- Différentes ressources de la vallée de l’Ouémé
A- A DANGBO

La vallée de l’Ouémé est la vallée la plusvaste du monde après celle du Nil. Cette vallée est riche en ressources de plusieurs types comme : les ressources ligneuses, pédologiques, faunistiques, halieutiques et minières.

Tracteur
B- DOGLA-HOUNGODO
a- La pisciculture
L’élevage de poissons se fait à Dogla-Houngodo dans des étangs : c’est la pisciculture. On peut dénombrer dans la vallée de l’Ouémé près de 300 étangs.

Unétang

Chacun de ces étangs contient près de 400 poissons mais ceux-ci se sont enfuis lors des inondations de l’année passée. Les étangs sont aujourd’hui occupés par des jacinthes d’eau et d’autres plantes aquatiques. Ces étangs sont tapissés de vertisol qui retient l’eau. Un vertisol est un sol rencontré dans les dépressions et qui est de couleur noire. Les jacinthes d’eau signalent la présence depoissons mais lorsqu’il y en a trop, cela gêne le déplacement des poissons qui s’entortillent dans leurs racines et s’étouffent.

b- L’agriculture
Une partie de la vallée de l’Ouémé est exploitée par des paysans. Ils y font de l’agriculture et de l’élevage. Ils cultivent du riz, le maïs, l’arachide, l’haricot, du gombo, du boma pour les porcs, de la patate douce et d’autres légume. Le rizet le maïs sont protégés par des filets contre les oiseaux. Un système d’irrigation a été mis en place par les paysans pour apporter l’eau à toutes les cultures.

Système d’irrigation

Les précédentes cultures de riz ont été détruites par les inondations. Les pertes s’élèvent à plusieurs millions mais aucune aide n’a été apportée aux cultivateurs. Il fait très chaud dans cette vallée et ilest difficile d’y travailler.

Exemples de cultures dans la vallée de l’Ouémé

Culture de riz dans la vallée de l’Ouémé

c- Exploitation du sable fluvial
Aux abords du fleuve Ouémé se fait l’exploitation du sable fluvial utilisé dans la construction des maisons. Il peut être de différentes qualités. Dans un bras du fleuve, les populations utilisent le fleuve pour autre chose. Ellesl’utilisent pour faire la lessive, le linge, se laver et s’amuser. En allant sur le site d’exploitation, on remarque plusieurs tas de sables et des femmes qui se déplacent rapidement avec de lourdes bassines pleines de sables. Aux abords du fleuve, on voit des hommes sur des pirogues qui se déplacent à certain endroits puis qui prennent des pelles pour remplir la pirogue et revenir à la rive avec les...
tracking img