Rapport de stage au sain de atlas bottling company

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7796 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Importance du poisson dans la nutrition de l’homme.
Le poisson, avec au minimum16% des protéines absorbées par l’Homme est une source de nourriture très importante pour l’alimentation d’1 milliard de personnes, surtout dans les pays du Sud.

Analyse des macronutriments pour 100grammes :

| |Protéines |Glucides |Lipides | |Energie|
|maquereau |24 g |0 g |18 g | |258 Kcal |
|anguille |23,7 g |0 g |15 g | |230 Kcal |
|sardines boîte |23 g |0 g |13,7 g | |215 Kcal |
|maquereau en conserve |14,9 g |0,6 g|16,6 g | |212 Kcal |
|hareng |17,9 g |0 g |14,6 g | |203 Kcal |
|saumon fumé |21,3 g |0 g |11 g | |184 Kcal |
|saumon |20,8 g |0 g |10,7 g | |180 Kcal |
|thon|29,7 g |0 g |6,3 g | |175 Kcal |
|poissons en croquettes |12,8 g |14,4 g |6,4 g | |166 Kcal |
|sardines fraîches |20,4 g |0 g |9 g | |163 Kcal |
|anchois |21,7 g |0,3 g |8 g | |160 Kcal|
|thon boîte(demi huil-nat) |26,6 g |0 g |5 g | |151 Kcal |
|mulet |24,8 g |0 g |4,9 g | |143 Kcal |
|morue |32,5 g |0 g |0,9 g | |138 Kcal |
|carpe |20,4 g |0 g|6 g | |136 Kcal |
|roussette |18 g |0 g |7 g | |135 Kcal |
|merlan(filet ou entier) |19,6 g |0 g |5,6 g | |129 Kcal |
|truite |23 g |0 g |4 g | |128 Kcal |
|poissons panés|11 g |15,8 g |2 g | |125 Kcal |
|flétan |19,7 g |0 g |3,6 g | |111 Kcal |
|bar. loup |17,7 g |0 g |3,9 g | |106 Kcal |
|haddock fumé |23,5 g |0 g |0,8 g | |101 Kcal ||perche |21,6 g |0 g |1 g | |95 Kcal |
|turbot |16,8 g |0 g |3,1 g | |95 Kcal |
|brochet |21,5 g |0 g |0,9 g | |94 Kcal |

La pêche est donc capitale pour l’économie et la sécurité alimentairede beaucoup de pays pauvres, particulièrement en Asie du Sud-est.
Problématique :
* Nécessité d’avoir recours à la pêche sous toutes ces formes (artisanale et industrielle) pour répondre à la demande, qui ne cesse d’augmenter, en poissons.
* Les consommateurs à fort pouvoir d’achat demandent surtout des poissons à chair blanche, frais ou congelés. Les espèces à faible valeur ajoutée sontconsommées sur place, essentiellement de petites espèces pélagiques sous forme salée. Une partie de ces espèces (30% des prises totales) est transformée en farine ou en huile. En 2010 la demande en poissons devrait-être entre 100 et 120 millions de tonnes ce qui provoquera une augmentation des coûts.
* La croissance incontrôlée de la pêche et des flottes vient d’une surcapitalisation de l’industrie...
tracking img