Rapport de stage chef de secteur kronembourg

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1282 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
VI.

LE MARCHÉ DE LA BIÈRE

1. Le marché mondial

2. Le marché européen

3. Le marché français

Heineken
36

France

1.

LE MARCHÉ MONDIAL

La bière est aujourd’hui présente dans tous les pays du monde. Sur un marché d’1,6 milliard d’hectolitres en 2006, près de 4 000 brasseurs se disputent les faveurs des buveurs de bière. Le marché de la bière connaît toujours la croissanceau niveau mondial (+ 3,0 % en 2006) avec des disparités sensibles : les moteurs de croissance sont les pays d’Europe de l’Est (+ 5,4%) et l’Asie (+ 5,3 %) alors que la consommation est bien moins orientée dans les pays occidentaux (stable pour l’Europe de l’Ouest et - 0,6 % pour l’Amérique du Nord). Avec 30 % de la consommation mondiale, le marché asiatique est aujourd’hui le plus important sur leplan international. Son potentiel de croissance pour les 5 prochaines années est estimé à 115 millions d’hectolitres, soit une croissance annuelle moyenne de 4,3 %. À noter que la Chine est, depuis 2000, le 1er pays producteur de bière avec 331 millions d’hectolitres en 2006. Des groupes de taille mondiale L’activité brassicole a connu une très forte concentration au cours du XXe siècle. Lesquatre premiers groupes mondiaux réalisent chacun des volumes supérieurs à 120 millions d’hectolitres*. Cependant, subsistent en Europe, en Afrique ou en Amérique du Sud, nombre de petites brasseries qui visent des marchés locaux avec des produits bien typés. En Belgique et aux Pays-Bas, certaines abbayes assurent même encore leur production. On assiste enfin à l'éclosion de nombreuses brasseriesartisanales (plus de 150 aujourd'hui en France).

Données Canadean - Estimation 2006 * Plato Logic Limited - International Groups 2007 - Estimation 2006
VI. LE MARCHÉ DE LA BIÈRE 37

Heineken

France

Le premier brasseur mondial en volume est, depuis sa fusion avec le brésilien Ambev, le groupe belge Inbev avec 214 millions d’hectolitres en 2006, dont les marques les plus connues sont StellaArtois et Leffe. Le numéro 2 mondial, né de la fusion de Miller USA et de SAB Afrique du Sud, a brassé 208 millions d’hectolitres en 2006. Il est suivi par l’Américain Anheuser Buch, numéro 3, qui brasse 147 millions d’hectolitres par an. Ses bières aux marques Budweiser sont les plus consommées aux USA. Le groupe Heineken est n° 1 européen et n° 4 mondial, avec une production de 129 millionsd’hectolitres en 2006. Le groupe emploie plus de 57 000 salariés dans 115 brasseries réparties sur 65 pays. Le groupe Heineken a été créé en 1864 par Gerard Adriaan Heineken. La qualité de la bière Heineken est due, dit-on, à la levure Heineken A, une des premières souches pures isolée au monde. L’obtention d'une qualité constante associée à un marketing et une communication précurseurs ont fait lesuccès de la marque. Heineken fut aussi le premier brasseur à lancer le défi de l'internationalisation, entre les deux guerres mondiales, quand la bière était encore considérée comme un produit sédentaire.

Plato Logic Limited - International Groups 2007 - Estimation 2006
VI. LE MARCHÉ DE LA BIÈRE 38

Heineken

France

2.

LE MARCHÉ EUROPÉEN

En Europe de l’Ouest, la consommation debière connaît une nette diminution (- 4,5 millions d’hectolitres depuis 2000) alors qu’elle représente environ 18 % du total mondial. Ce phénomène touche la consommation d’alcool en général, notamment en raison des campagnes actives menées par les Pouvoirs Publics contre la consommation excessive d’alcool, et de la concurrence d’autres boissons, alcoolisées ou non. L’Espagne reste le pays européenavec la plus forte croissance : + 2,5 % en 2006 (la consommation par habitant a atteint 82 litres en 2006 contre 71 litres en 2000). Les pays d’Europe centrale et de l’Est connaissent une croissance soutenue de leur consommation de bière. Avec 14,5 % des volumes consommés dans le monde, ils affichent un potentiel de croissance sur les cinq prochaines années de 42 millions d’hectolitres, soit une...
tracking img