Rapport de stage hind

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 25 (6117 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire
• Remerciement
• Introduction
Chapitre I : présentation de l’ONICL
1. Aperçu historique
2. Mission de l’ONICL
3. Organigramme de l’ONICL
4. Organes d’administration et de gestion
5. Disposition financière
Chapitre II : la division financière et comptable de l’ONICL
1. Les attributions et les taches des services :
❖ Services comptabilité générale(service de l’affectation de stage)
❑ Bureau de centralisation
❑ Bureau de balance et concordance
❑ Bureau de travaux d’inventaire
❖ Service financier
❑ Bureau d’ordonnancement
❑ Bureau de trésorerie
❖ Service de recouvrement
❖ Service budget
Chapitre III : L’organisation comptable de l’ONICL
1. INTRODUCTION
2. Structuregénérale du système comptable de l’ONICL 
3. Documents comptables périodiques de base
4. Documents comptables périodiques de suivi et de vérification :
5. Etats de synthèse retenus
6. ETUDE DU COMPTE DE LIAISON DE L’ONICL

• Description des Travaux effectuées

• Conclusion générale

Remerciement
Avant de présenter le contenu de ce rapport, mes vifsremerciements à Mr. Belkhadir Mohamed chef de la division financière et comptable, et plus particulièrement Mr. Sadequi Abdelkrim chef de service de la comptabilité générale, aussi Mr. Mustapha El Alaoui responsable de bureau de balance et concordance, qui m’ont permis de mener à bien mon stage grâce à leur compétence et à la patience et la disponibilité dont elles ont fait preuve.

Aussi mesremerciements s’adressent à toutes les personnes de l’office national interprofessionnel de céréales et légumineuses qui ont participés à mon encadrement.
Mes remerciements vont également à tous les responsables de l’ISTA, et au corps professionnel qui nous ont aidés à obtenir une formation complète dans les meilleures conditions. 
Enfin, à tous ceux qui ont contribué de loin ou de près à l’élaboration dece document.

Introduction :

Les céréales occupent une place importante dans l’économie nationale et dans les modèles de consommation au Maroc. Elles s’étendent sur presque 70% de la superficie agricole. Elles constituent le premier aliment de consommation avec 194kg/habitant /an et contribuent à hauteur de 30% dans le revenu agricole national. Le blé tendre en est la première cultureau Maroc, occupant 34% de la superficie céréalière et il est le premier aliment au Maroc avec 131kg/habitant/an. De cette importance, les pouvoirs publics ont assoit, à partir des années 70, une politique céréalière dont l’objectif est la réalisation de l’autosuffisance alimentaire, politique ambitieuse vu le contexte de son temps.
De cette perspective ; et dans ce contexte donné, l’Etat, soucieuxde réussir son objectif et afin de maîtriser l’ensemble des facteurs qui agissent sur la production de blé tendre, a réglementé l’ensemble des fonctions de commerce intérieur et extérieur, de la collecte stockage à la transformation industrielle des céréales. Ainsi depuis 1973 jusqu’à 1996, date d’entrée en vigueur de la libéralisation du commerce extérieur, le marché des céréales a été organisépar le Dahir portant loi n°1-73-355 du 24 septembre 1973.
Cependant, vers le début de la crise financière du pays en 1980, l’Etat a affiché son choix de libéralisation de l’économie comme stratégie de développement du pays. Le secteur des céréales n’a pas dérogé à ce choix. En effet, ce secteur a subi diverses modifications tendant à la limitation de l’interventionnisme de
L’Etat, processuscouronné par l’adoption de la nouvelle loi 12-94 relatives à l’Office National Interprofessionnel des Céréales et des Légumineuses (ONICL) et à l’organisation du marché des céréales et des légumineuses.
Certes la libéralisation de la filière blé tendre-farine n’est pas encore achevée, mais les engagements du Maroc tant sur le plan multilatéral (accord de l’OMC) que sur le plan bilatéral (accord...
tracking img