Rapport de stage sur ziz

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1753 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’étau
se resserre

Apprendre à vivre avec un pétrole cher. C’est le défi que tous les pays devront relever dans les prochaines années. En première ligne, les pays en développement non producteurs comme le Maroc auront à résoudre un véritable dilemme. D’une part, ils sont tenus d’accélérer la cadence en s’équipant et s’industrialisant pour rester dans la course de la mondialisation et doncd’augmenter leur consommation d’énergie per habita. D’autre part, ils doivent faire face aux contraintes budgétaires en maîtrisant la facture pétrolière.
Le problème se pose avec acuité depuis la flambée du cours du baril en 2006. Le cours du Brent a gravité en moyenne autour de 66 dollars le baril, marquant une hausse de 20% par rapport à 2005. Le record historique sera atteint en août à plus de 78dollars.
En 2007, les tensions persistent sur le marché mondial puisque l’or noir varie autour de 70 dollars le baril. Alors que les experts en produits pétroliers tablaient sur une hausse de 80 dollars, le cours du Brent est en passe de frôler les 90 dollars, si le contexte mondial demeure le même. Ces derniers estiment que rien ne laisse présager une détente à court terme tant que les conflitsgéostratégiques ne sont pas résolus: la question nucléaire de l’Iran, la présence américaine en Irak, le problème israélo-palestinien. A cela s’ajoutent la montée en puissance des économies chinoise et indienne qui maintiennent la pression sur la demande et l’amenuisement des stocks américains. Sans oublier la décision des pays membres de l’OPEP en octobre 2006 de limiter volontairement laproduction pour éviter une chute des cours.
Au Maroc, l’étau se resserre de plus en plus. En 2006, la consommation énergétique globale s’élève à 12 millions de Tonnes équivalent pétrole (TEP) et le taux de dépendance dépasse les 90%. Le pétrole remporte la palme avec une part de 62% dans le bilan stratégique. Rien d’étonnant puisque la facture pétrolière atteint 44 milliards de dirhams à fin 2006contre 23,4 milliards de dirhams deux ans plus tôt.
Dans un contexte de croissance, les besoins industriels augmentent, tirant la consommation domestique en dépit du renchérissement de l’or noir. A fin mars 2007, les ventes d’hydrocarbures ont augmenté de plus de 20% pour l’essence super, de près de 8% pour le gasoil ordinaire et de 22% pour les carburéacteurs.
Pourtant, le potentiel de croissancede la demande demeure important. En effet, au regard de sa consommation par tête d’habitant, le Maroc est encore à la traîne par rapport aux pays voisins. Ainsi, il affiche un taux de 0,4 TEP par habitant contre 0,9 TEP pour la Tunisie.
De son côté, l’Etat continue de mettre la main à la poche pour soutenir les prix des produits pétroliers (85 centimes/litre de gasoil; 1,25 dirham pour le super;de 20 centimes pour le gasoil; 350 et 400 dirhams pour la tonne de fioul). En outre, le soutien du prix du butane coûte au contribuable 4 milliards de dirhams par an.
Résultat: en 2006, la Caisse de Compensation doit débourser aux pétroliers près de 10 milliards de dirhams. A chaque fin d’exercice, le problème des arriérés se pose. Pour autant, cette année, l’Etat s’est tout de même acquitté dèsavril 2007 de ses dettes accumulées au titre de l’année dernière. Entre temps, les prix des hydrocarbures ont été revus à la baisse à deux reprises en l’espace de trois mois, suite au reflux du cours mondial du Brent.
En janvier 2007, cette baisse sera en moyenne de 25 centimes par litre et par type de carburant. Ainsi, le prix de l’essence super affiche 10,25 dirhams au lieu de 10,50 dirhams lelitre. Le gasoil (10.000 ppm) est passé de 7,47 à 7,22 dirhams le litre. L’Eurodiesel (350 ppm) est à 9,13 dirhams le litre contre 9,38 auparavant.
Pour ne pas freiner l’engouement des industriels dans leur reprise d’activité, cette baisse est tombée à point nommé car elle impacte surtout le prix du fuel industriel. Celui-ci enregistre une réduction de 300 dirhams à 2.874 dirhams la tonne,...
tracking img