Rapport dpe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1536 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. La croissance de l’économie mondiale est prévue à 4,4% en 2011 contre 5% en 2010. A la fin du premier trimestre de 2011, dans les principales économies industrialisées, les perspectives de croissance semblent globalement s’améliorer, avec une accélération de l’investissement productif et une stimulation de la reprise par la consommation intérieure. Néanmoins, le séisme du Japon etle printemps arabe rendent les perspectives plutôt incertaines. Selon les estimations de l’OCDE, la croissance économique a été vigoureuse, au premier trimestre 2011, dans les économies du G7 (sans le Japon), avec un taux estimé à 3%. Dans la zone euro, l’expansion économique serait de 2,5%, portée principalement par l’Allemagne (3,7%) et la France (3,4%). Dans les économies anglo-saxonnes, laprogression de l’activité est estimée à 3,1% et 3%, au premier trimestre de 2011, respectivement aux Etats-Unis et au Royaume –Uni.

2. Au Sénégal, l’activité économique interne, mesurée par l’indice général d’activité, proxy du PIB hors agriculture, a enregistré, au premier trimestre 2011, une croissance de 3,8%, en glissement annuel, à la faveur notamment de la bonne tenue desactivités dans les secteurs secondaire (4,9%) et tertiaire (4,3%).

3. Dans le secteur secondaire, les activités sont restées très dynamiques au cours du premier trimestre 2011. Une nette accélération de la production (17,1% en variation trimestrielle et 4,9% en glissement annuel) est notée malgré les contraintes évoquées par les chefs d’entreprises, liées à la distribution insuffisante del’énergie électrique. Les conserves de poissons et de viande, le travail de grains, le raffinage de pétrole, les cimenteries et la construction (BTP) ont enregistré des performances appréciables sur le premier trimestre.

4. Pour le secteur tertiaire, la croissance des activités (7,4% en variation trimestrielle et 4,3% en glissement annuel) fait suite à une bonne tenue d’ensemble desprincipaux sous-secteurs, notamment les services de transport et de télécommunication, les services financiers et les services hôteliers. En revanche, pour le commerce, les résultats des enquêtes de conjoncture laissent augurer une baisse de la demande, comme principale contrainte au développement des activités.

5. Le regain d’activité, noté au premier trimestre de 2011, n’a pas eu unimpact positif sur l’emploi. En effet, l’emploi salarié moderne s’est replié de 1,6% sur une base trimestrielle. Dans le secondaire, les effectifs se sont contractés de 2,6%, particulièrement dans les industries (-4,7%) et dans le tertiaire, les services notent une baisse de son effectif de 1,9%. En revanche, sur un an, l’emploi salarié a progressé de 5,1%, sous l’effet des accroissements notésdans le secondaire (3,6%) et dans le tertiaire (6,6%) et conformément à la croissance des activités (5,7% et 4,2% relevée respectivement dans ces secteurs)

6. L’inflation mondiale est estimée à 4,4% en glissement annuel, portée principalement par la hausse des cours des matières premières, notamment les produits pétroliers et alimentaires. En effet, les cours du pétrole brut sontorientés à la hausse depuis le deuxième trimestre 2010 tandis que les prix des produits alimentaires ont fortement augmenté depuis l’été 2010.

7. Dans la zone UEMOA, la plupart des pays ont dépassé le seuil communautaire fixé à 3% (4,8% en Guinée Bissau, 3,5% au Bénin, 3,6% au Sénégal, 3,7% au Niger et 3,9% au Togo).

8. Au Sénégal, les prix à la consommation sontressortis en hausse de 3,6% sur le premier trimestre 2011, comparativement à la même période en 2010. Cette évolution résulte essentiellement d’une augmentation des prix des produits alimentaires et boissons non alcoolisées (8,6%) et dans une moindre mesure au renchérissement des services de « logements, eau, gaz, électricité et autres combustibles » (3,0%), du transport (3,1%), de l’enseignement...
tracking img