Rapport sur la cmu devoir cned bts sp3s

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1684 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Rapport du 25 Avril 2011

Par ANDRIEU Céline

SOMMAIRE

Introduction p1

1ère Partie : L’intérêt et l’exploitation des entretiens  p2

1°/ Les intérêts

2°/ L’exploitation

2ème Partie : Le « testing » ou tes de discrimination p3

1°/ Le « testing » en général

2°/ Le « testing » de la CMU

a) L’analyse quantitative

b) L’analyse qualitativec) Conclusion

3ème Partie : Analyse du colloque du 8 Septembre 2009 p7

Introduction :

Depuis la mise en place de la CMU en 2000, la France compte en Décembre 2008 environ 1,5 million de bénéficiaires, et 5 millions bénéficient de la CMU complémentaire.

Ceci étant, les bénéficiaires se retrouvent souvent confrontés à certains refus de la part des praticiens.Généralistes et spécialistes refusent, plus ou moins, le fait que les bénéficiaires de la CMU et de la CMU-C fassent appel à leurs services pour se faire soigner.

De plus, d’avantage de praticiens augmentent leurs tarifs et pratiquent le dépassement d’honoraires. Cependant, la CMU de base et sa complémentaire sont devenus un pilier de la protection sociale, elle vient compléter le RSA.Ces prestations avaient été mises en place afin d’éviter ou de réduire l’exclusion sociale, mais il y a quand même une autre forme de discrimination qui se fait par d’autres moyens.

Alors que pouvons-nous dire au bout de 10 ans de prestation ?Quelles sont les failles ? Que faire pour que la CMU évolue ? Quelles seraient les choses à modifier et la manière de faire ? C’est ce que nousverrons dans la première partie de ce rapport.

Dans la seconde partie, nous étudierons la méthode du testing auprès des praticiens.

Enfin, nous ferons le point sur le colloque du 8 septembre 2009, à l’occasion des 10 ans de la CMU.

- 1-
Première partie : Intérêt et exploitation des entretiens :

1- Les intérêts :

Tout au long de ces entretiens, il nous aitapporté plusieurs éléments essentiels sur le fonctionnement réel de la CMU et de sa complémentaire.

Nous pouvons remarquer que beaucoup de bénéficiaires de la CMU sont essentiellement des bénéficiaires de la complémentaire, puisque il est de plus en plus difficile et onéreux d’avoir une complémentaire santé, et donc il devient onéreux le fait de se faire soigner.

De plus certainspraticiens (les spécialistes surtout), pratiquent le dépassement d’honoraires ce qui empêchent les bénéficiaire de la CMU-C de faire appel à leurs services, puisque cette dernière ne prend pas en compte le dépassement d’honoraires.

Il serait donc préférable de mettre en place des stratégies communes aux praticiens, aux assurances complémentaires, et à l’assurance maladie, afin de faire progresserl’acquisition d’une assurance complémentaire.

La CMU-C relève deux défis principaux, celui de la gestion de l’accès aux droits effectifs, et de la mise en place de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé. Là-dessus vient s’ajouter d’autres défis à tenir : l’accès aux soins, le refus de sois et le dépassement d’honoraires.

Il est vrai que ces entretiens nous rappellentaussi pourquoi la CMU a été créée. A l’origine, seules les personnes bénéficiant du RMI étaient concernées par cette assurance maladie .
Aujourd’hui, les personnes bénéficiant de la CMU-C ne sont pas forcément bénéficiaires du Revenu Social de Solidarité, certains que l’on appelle « travailleurs pauvres » en sont bénéficiaires également.

En effet, certaines personnes sont en emploi àmi-temps ou à temps plein, mais ne peuvent prétendre, une fois toutes les obligations déduites de leurs salaires, à une complémentaire santé, et donc font appel à la CMU-C.

-2-
2- L’exploitation :

Le but de ces entretiens est d’améliorer le fonctionnement et la compréhension du fonctionnement de la CMU, et de sa complémentaire.

On pourra exploiter les informations sous...
tracking img