Rapport

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4850 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Table des matières
Introduction 3
I. Contexte général du stage 5
1. Organisme d’accueil: 5
2. Présentation du sujet : 5
3. Méthodologie et formalisme utilises : 6
II. Analyse des besoins et spécifications 7
1. Introduction 7
2. Objectif 7
3. Etude de l’existant 8
4. Spécification des exigences 8
a. Besoins fonctionnels 8
b. Besoins non-fonctionnels 9
5.Concepts employés 9
6. Conclusion 12
III. Conception 13
1. Introduction 13
2. Conception 13
a. Diagramme de cas d’utilisation 13
b. Diagramme de classe 17
c. Diagramme de séquence 18
d. Diagramme d’activité 19
a. Structure de la base de données 20
3. Conclusion 21
IV. Réalisation 22
1. Introduction 22
2. Logiciels utilisés 22
a) MEGA 22
b) ArcViewGIS 223. Interfaces de l’application 23
Conclusion 26
Bibliographies: 27

Table des figures

Figure 1 : Diagramme des cas d’utilisation 15
Figure 2 : diagramme des cas d’utilisation pour la gestion des périmètres irrigués 15
Figure 3 Diagramme de classe 19
Figure 4 : Diagramme de séquence 20
Figure 5: Diagramme d'activité 21
Figure 6 Interface principale de l'application 25Figure 7 Calcul des besoins en eau 25
Figure 8 Gestion des proprietaires 26
Figure 9 Gestion des parcelles 26

Introduction

"Un SIG est un ensemble organisé de Matériels informatiques, de logiciels, de données géographiques et de personnel capable de saisir, stocker, mettre à jour, manipuler, analyser et présenter toutes formes d’informations géographiquement référencées "

Les systèmesd’informations géographiques (SIG) se sont tellement popularisés qu’il est presque aujourd’hui inimaginable d’envisager la gestion de l’agriculture sans recourir à ces puissants outils. Il est alors facile de comprendre pourquoi l’état en général, et les ministères en particulier, cherchent à mettre en place une solution SIG adaptée à leurs besoins.
Cette expansion de l’outil cartographique peutêtre appliquée dans le domaine de l’agriculture vue que La superficie agricole utile en Tunisie est estimée à 5.3 millions d’hectares dont 4.8 millions sont labourables, le reste est constitué de parcours et de pâturages.
Le pays conserve un bilan assez solide sur le plan de la croissance économique et de la productivité agricole, conjugué à l’amélioration des conditions de vie de la population aucours des dernières décennies.
Les efforts déployés pour réaliser cette amélioration commencent, cependant, à faire surgir des conflits entre l’intensification pour une plus grande production agricole, et la nécessité d’une conservation et d’une durabilité des ressources naturelles rares.
C’est dans ce contexte que des initiatives ont été lancées depuis quelques années par les pouvoirs publicsen Tunisie .Pour mettre en œuvre des réformes et des solutions pratiques et viables aux grands problèmes des ressources en eau, considérées les plus rares et les plus fragiles des ressources naturelles dans le pays.
L’irrigation est l’un des choix essentiels de la politique agricole de la Tunisie, il continuera à accaparer plus de 80 % des ressources en eau disponibles.
La question qui se poseest de savoir comment la Tunisie, pays naturellement pauvre en ressources hydrauliques, va y faire sa rentrée, et s’il parviendra à maîtriser le développement et la gestion du secteur de l’irrigation, en harmonie avec les exigences des autres secteurs d’usages de l’eau et en conformité avec les objectifs de sécurité alimentaire et de développement agricole durable.
Mon stage trouve sa cohérencedans ce cadre, a travers la réalisation d’une application qui a pour but l’économie de l’eau et la lutte contre le gaspillage en assurant une bonne utilisation des ressources hydrauliques et cela à travers la maîtrise de toute la chaîne de l’usage de l’eau en irrigué.
La maîtrise de ce système passe obligatoirement par la mise en place d’un système d’information fiable, qui renseigne sur...
tracking img