Rapports de la civilisation egyptienne avec le reste de l'afrique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 5 (1120 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 13 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
RAPPORT DE LA CIVILISATION EGYPTIENNE AVEC LE RESTE DE L’AFRIQUE
Dieu tutélaire du panthéisme égyptien, mythe fondateur de la civilisation égyptienne, Khnoum est le dieu potier, celui qui façonne dans l'argile les hommes, les femmes, les animaux et leur insuffle la vie. Khnoum pourrait nous mettre sur la voie de cette filiation directe entre l'Egypte ancienne et certaines sociétés africainessubsahariennes. Cheikh Anta Diop a étudié consciencieusement cette piste. Les liens et influences de la civilisation egyptienne sur le reste de l’afrique s’illustre sous plusieurs plans.Nous vous en proposons un résumé.
A. Les arguments d'ordre culturel
Ils incluent tous les supports de la culture et résultent des études comparatives entre l'Egypte ancienne et l'Afrique subsaharienne. Ellesrelèvent toutes des similitudes, en particulier dans les domaines de :
* la linguistique où sont comparées les langues négro-africaines modernes et la langue égyptienne, pharaonique et copte. Similitudes sur le plan de la grammaire (morphologie et syntaxe), de la conjugaison, du vocabulaire...
* l'architecture en s'intéressant aux monuments érigés dans l'ancienne Egypte, en Nubie, en l'Ethiopie,au Mali, au Zimbabwe… et en leur trouvant une continuité historique
* l'artisanat qui offre au chercheur de multiples objets de la vie quotidienne : appuie-têtes, peignes, vêtements tissés, sandales, balais, calebasses décorées… prouvant une inspiration directe et la perpétuation d'une tradition
* les modes de vie : les insignes royaux (sceptres, fouets, bâtons, flagellum…), lescoiffures, les instruments de musique (telles les harpes que l'on retrouve en Egypte et en Afrique centrale), les vêtements et la parure (bijoux...)
* la technologie, illustrée par les techniques (maîtrise du feu, cuisson, métallurgie…) qui permettent de fabriquer des outils et objets divers. Les outils eux-mêmes, comme la houe, sont aussi étudiés (conception, type d'utilisation, sens symboliqueassocié, termes les désignant) comparativement dans la Vallée du Nil et en Afrique de l'Ouest
* l'écriture, l'Afrique noire contemporaine a conservé des systèmes d'écritures de type hiéroglyphique (écritures Vaï, Bamoun, Nsibidi, etc.) qui sont rapprochés de l'écriture hiéroglyphique égyptienne
* l'art où sont appréhendées à la fois les sculptures des artistes de l'Egypte pharaonique, duBénin, du Nigeria, du pays Massaï, du Zimbabwe...
B. Les arguments d'ordre sociologique
Ils mettent en évidence des traits communs aux sociétés de l'Egypte ancienne et de l'Afrique subsaharienne. Elles concernent en particulier :
* le matriarcat qui caractérise une société organisée autour de la femme
* le totémisme qui associe de manière complexe un animal donné (par exemple le faucon, lagrue couronnée, le crocodile, le chat, ...) à un individu ou un groupe d'individus et qui donne lieu à un culte
* la religion qui fait apparaître, par exemple, une réplique du panthéon égypto-nubien au Bénin, Togo et Nigeria chez les peuples Fon, Ewé et Yoruba
* la philosophie
* l'ethnonymie, c'est-à-dire l'étude des noms de groupes humains de l'Afrique actuelle qui conserventencore de nombreux noms attestés en Egypte ancienne : Atoum, Antef, Sek, Meri, Kara, Bara, Bari, Raka, Sen Sar, Kaba, Keti, Amenti, Kamara, Konare, Sankale, Sangare, Sankare, etc.
* la royauté et ses attributs comme l'uræus figurant respectivement sur les coiffes royales du Pharaon et de l'Oni d'Ife
* le système de transmission du savoir qui présente dans l'ancienne Egypte et en Afriquesahélienne une caractéristique essentielle commune : le transfert de connaissance initiatique

C. Les arguments d'ordre anthropologique
Ils relèvent aussi de domaines variés :
* l'étude des textes égyptiens hiéroglyphiques fournit les termes par lesquels les habitants de l'ancienne Egypte se désignaient eux-mêmes comme Nègres
* l'étude des textes des historiens et philosophes grecs et...
tracking img