Raptus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (261 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sous la pierre trempée, sous les bouquets de fleurs,
Baudelaire amusé, rime dans son tombeau,
Toujours la même force, la même déraison,
Ses mots meparviennent au delà de mes peurs.

C'est bien à moi que parlent, d'une langue sans mots,
Les particules, là, fondues, réincarnées,
Flânant dansl'atmosphère, doux cimetière, beaux
Morts libérés, vibrants, je vous entends souffler,
Me chuchoter tout bas, d'une langue sans chair.

Majestueuse déraison,comment ferais-je
Si l'on m'avait, naissant, gavé de rationnel,
Et du même geste coupé les douces ailes,
Vols, que jaloux, fiers, par des morsures abrègent.Le soleil tape fort sur ma peau. Ma chambre l'accueille à bras ouverts, ce sont ses dernières fêtes avant l'automne pluvieux. Il joue avec les refletsqu'il impose à tout ce qu'il peut atteindre, en s'infiltrant par les ouvertures bien orientées. La lumière imparable se déposent géométriquement sur les formeset les reliefs sans faire aucune distinction. Il lie les matières, les objets entre eux, et révèle des affinités inattendues : le tissu brille et le métalluit pour le lui rendre, les bois reflètent les feuilles dorées des plantes avinées; tout se mélange dans les éclats. Les parties oubliées dans l'ombresemblent jalouses, ces corps gris ont l'air d'envier la flamboyante cérémonie. Tous les bidules anodins s'éveillent au passage de cette langue de feu, puissemblent retomber mollement dans leur insignifiance, retrouvant le calme et l'ennui de l'obscurité.
Une fois par jour, pendant des lustres, puis plus rien.
tracking img