Raymond aron et la croissance fragile des 30 glorieuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans les années 50 et 60, je fus, comme bien d'autres, frappé par le taux de croissance des pays européens (5 à 6% du PNB), taux double environ de celui qui, sur le long terme, avait amené lesEtats-Unis au premier rang.
La commission « 1985 » supposait que jusqu'à cette date les taux de croissance d'après-guerre ne diminueraient pas. Le plus éminent des économistes français, M. Malinvaudinclinait vers la thèse qu'une mutation s'était produite entre l'avant et l'après-guerre grâce à divers facteurs (entre autres le progrès des gestionnaires de l'économie) et que les nouveaux taux (5 à 6 %)pouvaient représenter la nouvelle norme. Quand je fus invité à "plancher" devant la commission « 1985 », j'exprimai immédiatement mon doute sur la perpétuation de ce taux annuel de croissance...
Sije ne convainquis pas la commission, la faute m’en incombe. Pas plus que la commission, je ne mentionnai le bas prix de l'énergie comme une des circonstances qui favorisaient la rapidité dudéveloppement des pays industrialisés. Je mis l'accent sur d'autres données qui expliquaient les «miracles»: l'introduction des techniques de production et d'organisation observées aux Etats-Unis, la formationen Europe occidentale d'un grand marché, la chance de rattraper le retard imputable aux guerres et aux bouleversements de l’entre-deux-guerres…
En 1956, à la suite de la crise du canal de Suez, dansl'introduction de l'ouvrage Espoir et peur du siècle, je constatai que, pour la première fois, l'Europe ne contrôlait plus les voies de ravitaillement de son industrie [... ]. Le livre intitulé LesDésillusions du progrès, je l'écrivis en 1964 1965, avant l'explosion des étudiants, bien avant la crise pétrolière de 1974. [...] Les Désillusions du progrès ne contredisent pas l'optimisme apparent dela théorie de la croissance, elles en limitent la portée. Ce que les « trente glorieuses » nous ont appris, c'est que le progrès économique, l'augmentation de la productivité du travail peuvent...
tracking img