Realisme et naturalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1142 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Le projet réaliste

Le terme « Réalisme » apparaît dès 1826, dans « Le Mercure de France », pour désigner « le vrai » tant en littérature qu’en peinture, car les artistes de ce mouvement n’aspiraient qu’à représenter « le vrai », « le réel ». C’est Champfleury (de son vrai nom Jules François Félix Husson, 1821-1889), écrivain français, qui évoque le premier ces « peintres de la réalité ».Le Réalisme se distingue par trois principes :
- Représenter la société dans tous ses aspects :
L’artiste réaliste a un besoin de reproduire à travers son œuvre la société de son temps telle qu’elle est, sans l’idéaliser. Il s’attache alors à représenter ce qu'il voit et non plus des sujets académiques. Les paysans ou encore les gens du peuple deviennent les sujets de leurs œuvres. La diversitédes milieux sociaux et les rapports entre individus sont donc explorés
- S’appuyer sur une démarche scientifique :
L’artiste réaliste base son travail sur la recherche documentaire. Il se base sur des théories scientifiques telles que les lois d’hérédité afin de justifier l’attitude de son personnage. Il repère également les lieux de l’action de son roman (en littérature) pour resterauthentique dans ses descriptions.
- Donner au lecteur l’illusion de la réalité :
L’artiste réaliste veut faire de son œuvre la copie la plus fidèle du Monde réel. Il utilise donc de nombreux effets de réel, comme entre autre la description minutieuse d’objets familiers du quotidien, l’utilisation d’un langage technique ou même argotique, ainsi que la mise en valeur de petits détails donnant uneimpression de vérité.
Les réalistes évoquent avec une gravité subtile les scènes familières de la vie paysanne. Leurs œuvres sont souvent refusées dans les salons. On reproche par exemple à Courbet ou encore à Honoré Daumier (caricaturiste) d ‘être vulgaire. De même, Madame Bovary de Gustave Flaubert est poursuivi en justice pour immoralité.
Il y a trois peintres fondamentaux du réalisme :Jean-Baptiste Corot (peintre de la nature humaine), Jean-François Millet (peintre de la vie paysanne), mais surtout Gustave Courbet (1819-1877).
Gustave Courbet, né à Ornans, s’illustre comme le chef de file des peintres réalistes. On lui reproche à l’époque de peindre le laid, de peindre comme un paysan. « Courbet peint comme un paysan laboure », dirent les critiques de l'époque. Ses œuvres les pluschoquantes et critiquées furent même refusées à l’Exposition Universelle de 1855. Il finance donc sa propre exposition à proximité, dans une baraque de l’avenue Montaigne. Il expose entre autre « L’enterrement à Ornans », datant de 1849-1850, œuvre manifeste du Réalisme.

Ornans, ville natale de Courbet, localisée près de Besançon dans le Doubs, en Franche-Comté. On y dénombre alors 4000 habitants.On retrouve en arrière-plan dans ce tableau les caractéristiques du paysage de la région : rivière (la Loue, affluent du Doubs et traversant Ornans), et falaises calcaires.
Cette scène d’enterrement se déroule hors du village, les cimetières ayant été « déplacés » hors des villages dès septembre 1848 suite aux nombres de morts croissants de la Révolution. Ce tableau représente le début del’enterrement : le convoi vient de pénétrer dans le cimetière et se sépare en trois groupes distincts : les officiants (porteurs et hommes d’Eglise), les hommes, et les femmes.
Ces 27 personnages sont étalés sur toute la longueur de la toile. Ils ont tous une identité bien définie. On peut les séparer en « groupes sociaux » : notables, paysans/vignerons, hommes d’Eglise ou au service de l’Eglise (curé,sacristains, enfants de chœur, fossoyeurs, porteurs, bedeaux), ainsi que la famille du peintre (sa mère et ses trois sœurs) et ses amis.
Courbet représente ainsi la société dans tous ses aspects, notamment par la diversité des classes sociales (petits propriétaires, bourgeois aisés, paysans –majorité- ou rentiers), et des rapports entre les individus.
Ce tableau mêle les thèmes de la mort...
tracking img