Realisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2519 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction 1
La notion de mouvement est une notion difficile à cerner parce qu’elle se trouve au cœur de plusieurs ensembles et qu’on ne peut évidemment pas établir une doxa.
Face à un public scolaire - voire étudiant - nous nous heurtons à leur ignorance en matière d’Histoire, tant dans les repères chronologiques que dans les processus historiques, à leur ignorance de l’existence de lafonction et des changements qui ont existé dans les institutions littéraires, à la difficulté à situer l’idée même de mouvement par rapport à ces notions plus ou moins approchées que sont le groupe, la revue, la critique.
Aussi pouvons-nous dire que cette série d’« étiquettes » que peuvent représenter les mouvements sont sujettes à caution, c’est ce que nous tenterons de montrer à travers quelquesexemples.
Introduction 2
Le réalisme vise la représentation du réel sans embellissement, sans recherche de valorisation esthétique. Pour cela, elle utilise un vocabulaire présentant la réalité quotidienne même dans ses aspects les plus laids. Cette tonalité est caractéristique de nombreux romans du XIXe et du XXe siècles.

L'essentiel de la doctrine réaliste l'observation et la représentation duréel et la recherche des petits faits vrais forment la base du projet des romanciers tels que Balzac, Stendhal et Flaubert bien avant que le mouvement "réaliste" soit identifié de façon officielle. A partir de 1850, suivant les innovations de Courbet le peintre et ses toiles révolutionnaires des scènes de la vie la plus banale (1848-1852), "la bataille du réalisme" s'est engagée. On y voit uneréaction contre l'idéalisme, les excès lyriques, les émotions et l'imagination associés avec le mouvement romantique, aussi bien que l'influence du courant positiviste et de la croyance en la Science. Dans Le Figaro, Champfleury définit le rôle de l'écrivain ainsi, "Le romancier ne juge pas, ne condamne pas, n'absout pas. Il expose les faits" (août 1856). Champfleury admet également que le romancierne reproduit pas, n'imite pas parfaitement, mais qu' il produit une interprétation de la nature dans ses représentations (De la réalité dans l'art, mai 1854, Le Réalisme). D'après Guy de Maupassant, l'écrivain ne devrait pas simplement essayer de reproduire le monde de façon impartiale, "Le réaliste, s'il est artiste, cherchera, non pas à nous montrer la photographie banale de la vie, mais à nousdonner la vision la plus complète, plus saisissante, plus probante que la réalité même." (la préface de Pierre et Jean)
Le réalisme
L’école réaliste
En 1850, il existe une école littéraire réaliste dont les théoriciens - Champfleury et Duranty - ne figurent plus guère dans les anthologies ou les manuels. Or nous assistons là à une dérive notionnelle, à une notion idéologiquement marquée qui vaavoir des conséquences esthétiques alors qu’elle n’est pas définie au départ sur un plan esthétique. En effet la définition du réalisme que donnent leurs manifestes se limitent à une revendication littéraire - la prise en compte de la vie quotidienne comme objet littéraire - sans jamais se réclamer d’un reflet, d’une copie ou d’une transcription du réel.
Dans cette décennie bien délimitée de1850 à 1860, une école réaliste présente donc les trois critères d’un mouvement :
 Des textes théoriques : leurs manifestes ;
 Un support institutionnel : la revue Le réaliste ;
 Une inscription du développement théorique dans des textes littéraires : leurs romans.
Les textes théoriques du réalisme en question
Or en imposant le terme de « réaliste », nous assistons à une « OPA » sur le marchélittéraire notionnel. En effet le « réalisme » a déjà trouvé un champ d’application en peinture avec Gustave Courbet. Cette notion existait donc déjà dans la critique d’art et la littérature lui emprunte une définition d’abord esthétique et à forte connotation idéologique.
Nous voyons donc comment s’est opérée une confusion notionnelle idéologique : la mise en fiction de la vie quotidienne...
tracking img