Recherches sur la déesse romaine angerona

Pages: 5 (1109 mots) Publié le: 19 octobre 2009
Université Lumière Lyon II, Master langues et littératures des mondes anciens

Qui est Angerona ?

Marie Bedel Séminaire : Rome et l’Hellénisme
Master 2 : Lettres classiques
16/12/2008

Angerona est une déesse romaine du silence et de la guérison de certaines maladies ; son culte est attesté par Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle : Non alienum videtur infererehoc loco exemplum religionis antiquae, ob hoc maxime filentium institutae : namque diva Angerona, cui sacrificatur ad diem XII. Cal. Januari, ore obligato obsignatoque simulacrum habet[1]. Pline place cette déesse parmi les « dieux roturiers » de Rome ; non seulement rattachée au silence, elle est aussi préposée à l’éloignement des maladies. Pour appuyer les dires de Pline, au VIIIème siècle,l’historien lombard Paul Diacre dit dans ses Glossaria latina que : Angeronae deae sacra a Romanis instituta sunt, cum angina omnes genus animalium consumeretur, cuius festa Angeronalia dicebantur[2]. Pour ce qui est des sources littéraires, un troisième auteur s’est intéressé à Angerona : il s’agit de Macrobe. Celui-ci fait dans ses Saturnalia un rapprochement avec une ancienne coutume romaine quivoulait que l’on évoquât les dieux tutélaires d’une ville au moyen d’une formule sacrée ; il affirme donc que pour certains, Angerona était un des noms mystérieux et imprononçables de Rome elle-même. Il ajoute que son culte est rendu dans le temple de Volupia, au nord du Palatin : XII. Kal. Jan. Feriae sunt Divae Angeroniae, cui pontifices in scaella Volupiae sacrum faciunt : quam Verrius FlaccusAngeroniam dici ait, quod angores ac sollicitudines animorum propitiata depellat[3]. Or Varron affirme que l’on sacrifiait à cette déesse dans la curie Acculeia, dont on ignore actuellement le lieu : Angeronalia ab Angerona, cui sacrificium fit in curia Acculeia et cuius feriae publicae is dies[4].
La littérature latine prouve donc que cette déesse a bien été honorée à Rome ; elle ne donnecependant pas de précisions sur le rituel du sacrifice, et les avis divergent quant au lieu de ce culte. Selon J. Bayet, il s’agit d’un culte archaïque : bon nombre de fêtes, et apparemment les plus anciennes (…) sont vouées à des divinités qui à l’âge classique étaient oubliées ou ne duraient que par des festivités ou des superstitions populaires (Angerona…)[5]. Quant au lieu de culte, il estime, enparlant des dieux anciens et populaires tels qu’Angerona, que : certains (…) se repliaient sur un sanctuaire isolé ou s’effaçaient[6]. Néanmoins, on a retrouvé une statue de cette déesse qui correspond à la description qu’en fait Pline : elle a en effet un bandeau sur la bouche et un doigt sur les lèvres, geste qui implique indubitablement le silence. Outre l’aspect tacite de son culte, certainsont vu en ceci un rappel d’un mythe indo-européen qui voulait que l’orant obtînt par le silence la résurrection du soleil[7]. G. Dumézil a rapproché cela au fait que le culte d’Angerona ait lieu le jour même du solstice d’hiver, jour le plus court de l’année. Sacrifier à cette déesse permettait donc d’interrompre le raccourcissement de la journée : Ainsi se trouvent harmonieusement accordés le nomde la déesse et le temps de sa fête[8]. D’autres thèses laissent entendre que ses attributs ne s’arrêtent pas là : son nom même implique qu’elle est liée aux maladies et appartient donc au monde très craint et très apprécié des divinités guérisseuses. Elle soigne en effet les resserrements de la gorge et par conséquent les angines. Une approche étymologique montre qu’Angerona est un dérivé du nomangor (angoisse, angine) et de l’adjectif angustus (resserré, angoissé) ; tout laisse à penser que ce terme latin est issu du grec ¥gcwn (étranglement), puisque les deux mots sont formés du préfixe –an et d’une gutturale (g) ou (kh). Mais hélas, rien ne permet de trouver une origine grecque de cette déesse. Elle est donc dotée de maints attributs, et certains ont même vu en elle un lien avec...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Les déesses romaines
  • Venus la déesse romaine
  • dees ma
  • Dees
  • Les déesses
  • dèes
  • Diana, la déesse
  • Cours dees

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !