Recit de théramene [phedre]

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1030 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan :
I. Situation d'énonciation, témoignage de Théramène plein de colère et chagrin
II. Un récit épique aux accents pathétiques
III. Un destin tragique, un combat inégale entre le héro et les dieux

Manifestement le discours de Théramène a pour première fonction de raconter les circonstances de la mort d'Hippolyte.

C'est pourquoi on y distingue 3 grandes parties :

1. Hippolytesortant de Trézène (v.1498-1506)
2. Le monstre et le combat (1507-1554)
3. L'agonie d'Hippolyte dans les bras de Théramène : le message final. (1555-1570)

Bien entendu, la partie centrale, particulièrement développée s'articule en plusieurs épisodes :

a. L'arrivée du monstre (v.1507-1521)
b. Les réactions d'Hippolyte qui, contrairement aux autres, attaque le monstre
c. La panique des chevauxd. Hippolyte traîné par ses chevaux
c. Le rendez-vous mortuaire d'Hippolyte et de ses aïeux

Tous ces éléments témoignent de l'importance accordée par Racine à ce récit de Théramène.

* Marques du discours

Il s'agit des propos de Théramène, gouverneur d'Hippolyte, s'adressant à Thésée, roi et père d'Hippolyte. Il est donc normal que l'on trouve des marques de discours :

v.1498 :A peine nous sortions
v.1545 : Excusez ma douleur
v. 1547: J'ai vu, Seigneur, j'ai vu votre malheureux fils

Traîné par les chevaux que sa main a nourris.

v.1567-68 : ce héros expiré
n'a laissé dans mes bras qu'un corps défiguré

Dans ces marques du discours, on voit apparaître le "je" de l'énonciateur, Théramène, et le "vous" du destinataire, Thésée. Il est frappant de constaterque ces marques du discours sont plus nombreuses à la fin qu'au début, comme pour accompagner le lyrisme de la mort du héros. On peut aussi penser que ces marques préparent le retour à la situation de dialogue théâtrale qui s'ensuivra.


* Marques du récit

Thèramène ne fait pas qu'un seul discours : il raconte aussi une histoire. Le texte porte donc les marques d'un récit :

-Utilisation de la 3ère personne ("Il", "le monstre bondissant","Ils"...)

- Utilisation de marques spatio-temporelles :

- Trèzène, le chemin de Mycène, ces tombeaux antiques
- A peine nous sortions, soudain, cette fois, bientôt, soudain (encore que ces marques temporelles soient relatives)

- Utilisation du passé :

- Imparfait de description (1ère partie du texte)
- Présent denarration (surgissement du monstre, bataille, agonie d'Hippolyte,fin)
- Présent de vérité générale : "où des Dieux triomphe la colère"

Il est frappant de noter l'utilisation du présent dans ce récit.

Mais de même on note des effets importants pour rendre le récit vivant :

- modalisateurs qui permettent au narrateur d'indiquer son point de vue :

- v. 1507 : Semblaient se conformer à satriste pensée
- v. 1525 : un courage inutile
- v. 1527 : digne fils d'un héros
- v. 1539 : ce désordre affreux
- v. 1542 : l'intrépide Hippolyte
- v. 1545 : cette image cruelle
- v. 1547 : votre malheureux fils
- v. 1554 : froides reliques
- v. 1556 : généreux sang
- v. 1569 : triste objet

- démonstratifs pour attirer l'attention des auditeurs
- effetsrythmiques,
ternaire:
Il lui fait dans le flanc une large blessure
enjambements pour rallonger le rythme :

chiasme : "indomptable taureau, dragon impétueux" v. 1519)

- allitérations, assonances :
* en "r" :
Sa croupe se recourbe en replis tortueux
* nasales (on et en):
Ses longs mugissements font trembler le rivage.

- oppositions etcontrastes
- ruptures

* merveilleux
La dimension merveilleuse est aussi renforcée par les allusions à des dimensions cosmiques :l'arrivée du monstre semble éveiller l'émoi de la mer, de le ciel et de la terre ; et concernant cette dernière, il semble que "le sein de la terre" soit à comprendre comme le royaume des morts. Mieux, c'est un monde inversé, symptome de signes brouillés que nous...