Recourir au langage est ce renoncer a la violence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1170 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Recourir au langage est ce renoncer a la violence ?

Le langage est une fonction d'expression et de communication liée à la pensée, spécifiquement humaine. Le fait de parler ne se réduit aux dispositifs neurobiologiques et organiques : « l'invention de l'art de communiquer nos idées dépend moins des organes qui nous servent à cette communication que d'une faculté propre à l'homme, qui lui faitemployer ses organes à cet usage » (Rousseau, début d'Essai sur l'origine des langues). LA pensée a donc besoin d'un intermédiaire, le langage, pour être communiquée, extériorisée. Toutefois, le langage extériorisé caractérise plus la parole, car on peut parler d'un langage intérieur, qui ne se laisse pas forcément percevoir par autrui. Aussi au sens le plus large, le langage est un système designes servant de moyen de communication : on peut évoquer ainsi le langage des gestes, du corps, en ce sens que tous les organes du corps peuvent servir à créer un langage. Mais communiquer, c'est toujours en quelque sorte imposer son être, affirmer ses idées, et pouvoir ainsi orienter ou déstabiliser son interlocuteur. Comment comprendre dès lors cette fonction inhérente au langage qui a pour finde dominer autrui ?

Il semblerait au départ que le langage soit une nécessité pour l'homme afin d'être entendu et compris par autrui. Ainsi Rousseau critique ceux qui affirment que le langage extérieur, la parole, permet simplement aux hommes d'exprimer leurs besoins. Car selon lui, le langage est né des passions des hommes : « Ce n'est ni la faim, ni la soif, mais l'amour, la haine, la pitié,la colère qui leur ont arraché les premières vois » (Essai sur l'origine des langues). La langage est ainsi au départ le moyen pour l'homme d'exprimer ce qu'il ressent, ses passions.
Des chercheurs, à la suite de Vigotski (1934) ont mis l'accent sur l'importance du langage dans la régulation des comportements. Il permet de structurer la pensée et d'organiser un meilleur « contrôle » sur lesactes. D'où l'importance de pouvoir mettre des mots précis sur des représentations ou sur des ressentis pour avoir davantage de pouvoir sur ses actes. Des enquêtes on été faites pour étudier le mode de traitement de l'infirmation chez l'adolescent désigné comme violent par ses enseignants. Il apparait que son fonctionnement est très dogmatique ( utilisation du registre de l'implicite, absence derecul : tout est certitude, généralisations abusives et projection des émotions, des sentiments ou des intentions sur le monde extérieur). Ce mode de traitement de l'information est fortement en corrélation avec l'agressivité anormale. Les adolescents caractérisés comme violents vivent dans un logique d'immédiateté. Ils situent, le plus souvent, à l’extérieur d'eux-mêmes l'origine des événementsdésagréables de leur vie et sont incapables de nommer et d'identifier leurs émotions et leurs sentiments en situation de frustration.
Le langage devrait ainsi permettre d'atténuer des tensions, des impulsions passionnelles. Dialoguer peut ainsi avoir cette vertu de résoudre par la raison des situations critiques. L'histoire de la politique nous a montré qu'il était possible d’arranger des états decrise par le dialogue. Ainsi, on affirme que Kennedy a plutôt bien fait, dans un moment extrêmement critique de la guerre froide, d'avoir eu recours au téléphone rouge. Toutefois si le langage peut être l'expression d'une faiblesse, ou d'un désir d'arrangement, n'est-il pas aussi le moyen le plus dissimulé pour l’assujettissement d'autrui ?

Pour les marxistes, l'idée même de dialogue, transposéesur le plan de la pratique, est une mystification idéologique ; elle est destinée à masquer les conflits de classe, insurmontables autrement que par la violence ; à la limite, le dialogue est même impossible à l’intérieur des partis ouvriers soumis à la doctrine de la dictature du prolétariat. Ce pessimisme se retrouve parfois dans l'anthropologie et la psychologie contemporaine : pour certains...
tracking img