Reflexion dossier culturel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1392 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1ère L

Au mois de décembre 2009, Nous avons effectué une visite conférence à Paris. Nous sommes allés plus précisément dans un quartier de Paris : Le Marais (4eme arrondissement).

[pic]

Notons que ce quartier a failli disparaitre dans les années 50-60.

Nous avions tous rendez-vous au Musée Carnavalet. Première découverte : l’existence même de ce musée ! Et oui, en L, onapprend tout les jours et heureusement ! L’ensemble des appartements que nous avons visité appartenait à Me Kernevenoy, veuve. Kernevenoy ou Kernovonoy. - Ancienne famille de Bretagne, dont le nom s'est, au XVIe siècle, altéré par la prononciation en celui de Carnavalet. Le personnage qui illustra le plus son nom est François de Carnavalet, qui fut gouverneur du duc d'Anjou (devenu ensuite HenriIII) - chevalier de l'ordre du roi, et enfin gouverneur du Bourbonnais et du Forez. Il avait épousé Françoise de La Baume en 1566. François de Carnavalet avait souvent manifesté l'intention d'acquérir l'hôtel que le président des Ligneris s'était fait construire par Pierre Lescot et Jean Goujon. Sa veuve réalisa son désir en 1578, et depuis lors cet hôtel prit le nom, qu'il n'a pas perdu, d'HôtelCarnavalet, dont la dernière résidente était Madame de Sévigné, femme de lettres (ce nom est le premier à nous dire « quelque chose »!).

[pic]

Nous avons aussi découvert que le nom de marais s’explique simplement par le fait qu’il y a très longtemps ce quartier était une zone complètement marécageuse en particulier parce que la Seine recouvrait une plus grande partie du bassin parisienlors de cette époque.

L’âge d’or de ce quartier se situe entre le XVIIème et le XVIIIème siècle car il s’agissait du quartier des nobles.

L’Hôtel est souvent appelé HOTEL ENTRE COUR ET JARDIN car comme le nom l’indique la disposition des bâtiments est telle que l’hôtel trouve d’un coté la cour et de l’autre le jardin. Ceci existe notamment grâce à Francois 1er qui faisait alors vendredes batiments (hôtel st Paul). Il instaure la division des lotissements et surtout la création de rue. Le prieuré Ste Catherine de Laval (abbaye cistercienne) vend lui aussi une partie de ses territoires par lotissements.

Nombreux sont ceux qui viennent du parlement de Paris. Jacques de Ligneris par exemple a acheté vingt-et-un lotissements et en construit cinq au XVIIème siècle. Ils'adresse à François Mansart pour transformer l'hôtel Mansart remplace par un toit brisé le grand toit droit (rétabli lors des restaurations du XIXe siècle). Il fait bâtir un nouvel escalier dans l'aile gauche. A droite il construit l'aile symétrique et il surélève l'aile gauche et fait placer des figures allégoriques. Sur la rue, Mansart conserve le portail rustique et bâtit au-dessus un bel étage etremanie les pavillons latéraux.

Ainsi après avoir visité l’hôtel Carnavalet nous nous rendîmes dans la rue située en face ou nous aperçurent les initiales SC gravé dans un bâtiment :

[pic]

Nous nous demandâmes alors de quoi s’agissait-il et la conférencière qui nous accompagnait dans notre visite nous a appris qu’il s’agissait des initiales de Ste Catherine (et non pasSuivre le Chemin).

En poursuivant notre ballade nous découvrîmes aussi l’hôtel de Lamoignon où logea Diane de France :

[pic]

[pic]

Il s’agit là encore d’un hôtel entre cour et jardin dont l’hôtel Carnavalet était le lotissement d’origine. Nous avons observé quelques éléments architecturaux comme les colonnes (ordres) et les chapiteaux :

[pic]

Nous apprîmes aussi que l’ordrecolossal (place Vendôme) jouxtait la prison auparavant :

[pic]

La conférencière n’omit point le fait que cela apparait d’ailleurs dans Les Misérables de Victor Hugo (les thenardiers). Ces lotissements étaient très nobles. En revanche on trouve aussi dans Paris des maisons plus pauvres toutes accolées :

[pic]

La plus vieille maison date du Moyen-Age et elle a été refaite au XVIeme...
tracking img