Regard etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1892 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Brassens : libre comme ses airs

Des centaines d’écoles portent son nom, ses disques se vendent à des milliers d’exemplaires, des thèses et des sites Internet lui sont consacrés : Georges Brassens est un véritable monument de la chanson française. L’anniversaire de sa mort, il y a vingt ans, est l’occasion de lui rendre hommage.

Né à Sète, c’est à Paris que Brassens a composé sespremières chansons. A l’époque, il habitait dans le 14ième arrondissement, dans l’impasse Florimont, au N°9, chez Jeanne.

Son univers, nourri de lectures, de poésies et d’expériences personnelles devient rapidement familier. Il chante l’amour, le temps qui passe et l’individu face à la société.

Sa pipe, sa guitare et ses pantalons en velours côtelé l’ont rendu aussi célèbre que ses chansons. Sonstyle singulier s’exprime aussi et surtout dans une œuvre unique. Georges Brassens ne ressemble à aucun autre quand il débute dans des années 50. Dans ses chansons, il s’amuse, joue avec les mots et montre un esprit plein d’humour.

2. Quatre belles leçons de vie (nous allons étudier que la 4ième leçon)

Première leçon importante : La femme de ménage
Durant mon deuxième mois au collège,notre professeur nous a donné un petit examen surprise. J'étais un étudiant consciencieux et j'ai répondu aisément à toutes les questions jusqu'à ce que je lise la dernière question :
- Quel est le prénom de la femme de ménage de l'école ?
Il s'agissait certainement d'une blague. Je l'avais rencontrée plusieurs fois. Elle était grande, cheveux foncés et dans la cinquantaine, mais commentj'aurais pu savoir son nom ? J'ai remis mon examen en laissant la dernière question sans réponse. Juste avant la fin du cours, un étudiant a demandé si la dernière question comptait pour la note de l'examen.
- Absolument, a répondu le professeur. Durant vos carrières, vous allez rencontrer beaucoup de gens. Ils sont tous importants. Ils méritent tous votre attention et vos soins, même s'ils'agit simplement d'un sourire et d'un bonjour.
Je n'ai jamais oublié cette leçon. J'ai aussi appris qu'elle s'appelait Dorothée.
Deuxième leçon importante : L'aide sous la pluie
Dans la soirée, vers 23h30, une femme âgée noire se tient le long d'une autoroute de l'Alabama tentant de se protéger de la pluie battante. Son auto est tombée en panne et elle a désespérément besoin d'untransport. Détrempée, elle décide de demander l'aide de la prochaine voiture qui passe. Un jeune homme blanc s'arrête pour lui porter secours, situation très peu courante dans les années 1960 troublées de conflits raciaux. Le jeune homme l'amène en sécurité, l'aide à trouver du secours et lui procure un taxi.
Elle a l'air très pressée, mais prend le temps de noter son adresse et le remercie.Sept jours plus tard, on vient cogner à la porte du jeune homme. A sa grande surprise, on lui livre une télévision couleur grand format. Une note y est attachée. Elle dit :
"Merci beaucoup de m'avoir porté secours sur l'autoroute l'autre jour. La pluie avait transpercé non seulement mes vêtements mais aussi mon esprit. Puis vous êtes arrivé. Grâce à vous, j'ai pu me rendre au chevet de mon marimourant juste avant qu'il ne rende l'âme. Dieu vous bénisse pour m'avoir aidé et pour votre dévouement pour les autres. Bien à vous, Mme Nat King Cole."
Troisième leçon importante : Pensez toujours à ceux qui servent
A l'époque où un sundae de crème glacée coûtait beaucoup moins, un petit garçon de 10 ans entre dans le café d'un hôtel et s'assoit à une table. Une serveuse dépose un verred'eau devant lui.
- Madame, c'est combien pour un sundae de crème glacée ? demande-t-il.
- 50 cents, répond la serveuse.
Le petit garçon sort la main de sa poche et se met à examiner la monnaie qu'elle contient.
- Bien, combien pour un simple plat de crème glacée ? demande-t-il.
A ce moment il y a des gens qui attendent pour une table et la serveuse commence à perdre...
tracking img