Registres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1131 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
• Comique.
Etymologie : grec comodia, chanson de fête :Provoque le rire,
Caricature, parodie, absurde, jeux de mots,….
Il peut faire appel à l'humour, au comique verbal, à la parodie, au burlesque, à la caricature, à la parodie ou encore au travestissement. Le comique peut naître d'une situation (par exemple une situation absurde), d'un comportement, d'un caractère ou encore de gestes. Ilprovoque le rire, le sourire, l'amusement.
Les thèmes sont extrêmement variés : les défauts d'un personnage, la vie quotidienne etc.
Répétitions, quiproquos, propos décalés, actions ou paroles qui semblent illogiques, jeux de mots
(Calembours, néologismes amusants)...
Comédies, théâtre de l'absurde, farce, histoires drôles; sketches...
Rupture dans l’ordre logique
Il fait naître le comique àpartir d’une contradiction, d’une situation qui crée un écart soudain : L’écart : op. Entre l’attitude, le statut social, le caractère d’une personne et la situation dans laquelle elle se trouve.
Le renversement : retournement brutal de situations.

Le langage

Jeu sur les niveaux de langue : niveau de langue en écart avec la situation
Répétition, jeux de mots, calembour, déformations,recours au jargon, au parler dialectal, ;;;
- Jeu sur les mots (à double sens)
Le télescopage : réseaux lexicaux appartenant à des domaines différents
L’association comp. ou métaphore rapprochement inattendu
- Jeu sur les sons
L’inversion sonore (sons ou lettres dans un mot)
L’anagramme chien : niche
La contrepèterie « sonnez trompettes, trompez sonnettes »

La situation comique
Lequiproquo : Confusion sur un personnage, il est pris pour un autre (valet pour leur maître), Confusion sur un objet « je lui est donné….Ecole des femmes) Confusion sur un lieu
Le sous-entendu complice : deux connaissent, le troisième n’est pas dans la confidence ex personnage dissimulé (Tartuffe)
La répétition : même situation, parole, geste = effet mécanique + effetd’accélération
L’exagération : grossissement ; la situation est amplifiée
Rencontre inattendue, malencontreuse
Comique de caractère :
Obsession, manie d’un personnage tourné en ridicule.. (Arnolphe) (Orgon)
Comique de geste : coups, gifles, bastonnades, chute, mouvements mécaniques..

Les formes du comique.

Le burlesque : il repose sur le décalage entre l’objet décrit et le niveau de langue choisi,Peint des situations sérieuses en termes vulgaires ou inversement

Origine : l'adjectif burlesque (du latin burla, plaisanterie) désigne un comique outré. Sous sa forme substantivée, il désigne un style très prisé au XVII° siècle qui traitait un sujet noble de manière familière ou héroï-comique.

Vocabulaire : familier, voire vulgaire pour traiter un sujet noble, il peut être à l'inversedélicat et précieux pour traiter un sujet vulgaire.

Formes : le burlesque, volontiers narratif, consiste à caricaturer les situations, à travestir les individus (humanisation des dieux, animalisation des hommes). Les situations les plus grossières, violemment contrastées, peuvent être racontées de manière mécanique.
La parodie : imitation amusante d’une œuvre connue, d’un genre, d’une façon àmontrer les faiblesses.
La satire : description d’une personne, d’une activité qu’elle caricature ou dénonce. Souvent se moque des mœurs et des modes d’une époque.
Vocabulaire : la satire s'inscrit dans le genre polémique dont elle valorise la raillerie. Le vocabulaire y est volontiers réaliste et familier, et se caractérise par des termes péjoratifs, parfois violemment caricaturaux.

Formes :c'est dans le portrait que s'épanouit la satire. Les traits pittoresques, les formules ironiques visent à s'attirer la complicité amusée du lecteur. Certaines formes oratoires rappellent néanmoins l'inspiration morale qui préside au registre satirique dans la condamnation des errements sociaux.

L’humour : effet comique qui se dissimule sous une apparence de sérieux ; l’humour noir...
tracking img