Relation educative

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1669 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
François Furet professeur de lycée, chercheur au CNRS sur la Révolution Française, militant politique et en parallèle journaliste, entrera dans l’école Pratique des Hautes études et partira aux États-Unis enseigner à Chicago. Il écrit Lire et écrire en 1977 avec Jacques Ozouf, historien spécialiste de l’histoire française au XIXème et XXème siècle. Il est également directeur d’étude de L’EHESS(école Haute études en Science Sociales).
Lire et écrire est un ouvrage qui met en question rôle décisif de l’institution, de la politique scolaire dans l’alphabétisation des français. Nous allons voir les grands points que souligne la conclusion intitulée 3 siècles de métissage culturel.

Tout d’abord qu’est ce que l’alphabétisation : c’est un cycle d’apprentissagecontinu, conduisant l’analphabète (personne qui ne sait ni lire, ni écrire) à l’acquisition de la lecture, l’écriture … D’une manière générale, c’est la culture écrite, qui a pour but d’acquérir une certaine autonomie afin de mieux prendre place dans la société de culture écrite.
L’alphabétisation des français est une longue histoire qui a son origine dans la domination de laculture écrite que la société et l’état acceptent, encouragent et cultivent comme un progrès dans notre histoire. Mais l’apprentissage de cette culture écrite reste très longtemps et jusqu'à aujourd’hui mêlé de communication orale.

C’est pourquoi, nous allons voir dans un premier temps les repères historiques de l’alphabétisation puis dans un second temps le passage d’une sociététraditionnelle, à une société dite moderne soulignée par la culture écrite et orale. Nous verrons la différence de ces deux cultures mais également leur complémentarité.

|I/ Repères Historiques De L’alphabétisation |

.

Un siècle avant la révolution, l’école est au cœur du conflit religieux, carl’école est perçue par l’église catholique comme un moyen de contrôle sociale et intellectuel des individus, de ce fait elle ne veut pas partager son pouvoir. L’Église est donc par sa croyance et sa pratique scolaire toute puissante sur les jeunes esprits soit les individus qui sont totalement influençable et malléables.

A l’origine le système scolaire n’est pas une institution imposée et quiexerce son pouvoir sur la société. L’école est le produit d’une demande sociale d’éducation car il y a une mobilisation de la société pour tendre vers un modèle culturel. (Même si l’école n’est pas la seule institution de socialisation car il y a également l’institution familiale).

Après la Révolution, Jules Ferry (1832-1893) instaure l’école laïque, républicaine, gratuite et obligatoireque les jacobins rêvaient. Le jacobinisme est une doctrine politique qui défend la souveraineté populaire et l’indivisibilité de la République Française. Il a été établi pendant la Révolution Française.

C’est au XIXème siècle que nous pouvons parler de l’alphabétisation par tous car avant la statification sociale, les inégalités sociales et régionales dominent l’histoire del’alphabétisation. En effet au XVIIème siècle, seule les élites du royaume de France savent déjà lire, écrire et compter alors que la paysannerie est massivement analphabète. A partir du XVIIIème siècle , il y a évolution de l’alphabétisation au niveau des couches moyennes de l’ancienne société soit les marchands, les artisans, les boutiquiers, les fermiers ou la paysannerie propriétaire.

L’histoire del’alphabétisation montre à quel point l’entrée dans la culture écrite a été valorisée par l’ancienne société française plusieurs siècles avant le capitalisme industriel. L’universalisation de l’alphabétisation développe ainsi l’économie de marché, la division du travail et donc répand la communication par l’écrit, de ce fait ce qui se passe en France jusqu'à Jules Ferry ce n’est pas...
tracking img