Relation fraternelle

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2590 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La naissance d’un nouveau né créé chez le jeune enfant une multitude de réactions complexes et divergentes. Il doit partager l’attention maternelle, ce qui peut constituer pour lui une réelle épreuve provoquant de la violence, une régression ou un comportement plus protecteur par identification à la mère. Le sexe, l’âge et le rang dans fratrie constitue des éléments indispensable à prendre encompte pour étudier le développement de la personnalité et de la socialisation.

« Quiconque travaille sur la famille et sur la succession des générations est frappé par la différence de destin des enfants d’une même famille » c’est en ces termes qu’Odile Bourguignon, professeur à l’université René Descartes pose la problématique du développement des enfants vivant ensemble dès le plus jeune âge.Nous essayerons d’étudier l’impact que peut susciter une naissance, lorsque les enfants ont un écart d’âge réduit, sur le développement de leur personnalité et leur socialisation. C’est pourquoi, nous traiterons ici la relation fraternelle de la naissance à l’âge préscolaire. Dans un premier temps, nous verrons la difficulté de l’ainé à traverser « l’épreuve de la jalousie », puis nous étudieronsles comportements ambivalents de l’ainé, d’un comportement agressif à une attitude plus protectrice. Ces divers aspects du développement, nous permettrons de mettre en évidence l’influence de la relation fraternelle lors de l’entrée à l’école.

I- L’arrivée d’un nouvel enfant : le partage de l’attention maternelle
Dans le cadre d’une étude longitudinale, visant à suivre l’évolution de lafratrie en fonction de ses modifications et d’étudier la relation qui s’établit entre les différents membres de la fratrie, Paulette Cahn (1962), a réalisé une centaine d’observations, sur plusieurs années, d’une famille de trois enfants (la fratrie G) : Madeleine (2ans et 4 mois), Baptiste (1an et 2 mois) et Nicolas (1 mois), auxquels s’ajouteront au court de l’étude quatre autres enfants. Ils’agit d’une famille provenant d’un milieu aisé dont la mère ne travaille pas. Elle observe également une fratrie de deux enfants : David, l’aîné et Eve, sa cadette de 3 ans. Cette observation fut réalisée sur certaines périodes et grâce aux témoignages de la mère.
Ces études mettent en évidence les réactions de l’aîné dues à l’arrivée du second enfant. On remarque chez David une phase d’opposition :celui-ci étant préalablement décrit comme un enfant « docile et doux » n’obéit plus malgré les punitions des parents. Il manifeste une agressivité envers tout son entourage, menaçant par exemple de casser des objets. Par ailleurs, sa « frustration » se traduit également dans son langage, il semble s’obstiner à mettre tous les mots au féminin, erreur qu’il ne commettait pas avant la naissance desa sœur. David passe également par une phase de régression : il souhaite être couché en même temps que sa jeune sœur alors qu’il profitait du fait de pouvoir se coucher après elle, dans les premiers temps. De même, une énurésie apparait subitement à l’âge de quatre ans et demi alors que celui-ci était propre depuis deux ans. David manifeste une identification à sa petite sœur et réponds « non jesuis petit ! » lorsqu’on lui dit « tu es grand ».
Dans la fratrie G., Madeleine, l’aîné, présente une agressivité démesurée envers le plus âgé de ses deux cadets. Elle se montre despotique, sadique et le bat parfois lors des jeux. Elle le met au coin en lui disant « tu y resteras et tu ne mangeras pas ». Elle manifeste un profond désir d’éliminer Baptiste et souhaite « qu’il s’en aille à l’école» alors qu’elle joue avec le plus jeune. Madeleine n’adopte de tels comportements qu’à l’égard de Baptiste, et a tendance à valoriser Nicolas : « il sait grimper partout lui, et sans tomber », stigmatisant ainsi Baptiste, plus maladroit. Pour Madeleine, Baptiste l’a détrôné de sa place en mettant fin à la relation idyllique qu’elle avait avec son entourage.
Comme Winnicott l’explique dans...
tracking img