Relations internationales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1010 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les opérations de seconde génération se sont développées après 89 dans un contexte où on se préoccupe beaucoup des conflits intra étatiques qui se sont développés après la guerre froide. Lutte contre la prolifération de l’arme nucléaire portée essentiellement sur les conflits est ouest. Ensuite l’ONU se penche sur les conflits inter étatiques dans les pays du sud. Les opérations secondegénération sont développées au moment même du conflit, leurs mandats sont donc beaucoup plus ambitieux mais aussi moins précis. Leurs composantes nouvelles sont la sécurisation des opérations humanitaires. Les programmes Désarmement Réinsertion Démobilisation visent à permettre et à favoriser le retour à la vie civile des combattants. Le retour à la vie civile est une question complexe notamment dans lespays où les conflits civils ont organisé des groupes qui ont pu se battre contre des personnes de leur village et de leur famille.
Ensuite, les opérations dites de troisième génération, depuis le début des années 90 et leurs échecs (Rwanda 94, Somalie…). Ces opérations combinent l’imposition et la consolidation de la paix et cherchent à participer à la reconstruction de l’état. Cela signifie les DDRmais aussi participer à des programmes de réforme de l’état comme « réforme du secteur de la sécurité RSS » pour restructurer les forces armées d’un pays (armée, police, gendarmerie, douanes), réforme du système de justice. Au final, l’ONU se voit confer des missions de plus en plus larges et diverses, de s’impliquer de façon croissante dans des actions civiles. Au-delà des fonctions militairestraditionnelles, cela concerne les affaires politiques les droits de l’homme, les affaires juridiques et judiciaires Le résultat est que ces missions de maintien de la paix sont plus couteuses, plus compliquées, plus dangereuses, mais aussi plus controversée. Il ne s’agit plus d’organiser un cessez-le-feu mais de s’impliquer au cœur de la situation complexe. Elles sont soumises à de fortes attenteset de fortes critiques. L’ONU est confrontée à de multiples dilemmes. L’ONU n’a pas d’armée propre. La création d’une armée propre à l’ONU a été prévue par la charte mais jamais appliquée. Elle dispose de forces multinationales sont contrôle onusien. Les casques bleus sont détachés par des gouvernements volontaires pour chaque mission. Il faut donc trouver des pays contributeurs pour chaquemission du maintien de la paix, ce qui met du temps. Pour accepter d’envoyer des hommes sur le terrain, c’est souvent les armées des pays du sud (Bangladesh, Nigeria). Les autres craignent que les opinions publiques leur reprochent les morts. L’autre raison est que ces missions sont évidemment payées et que l’intérêt financier qui se dégage représente quelque chose de plus important dans les payspauvres que riches. Ainsi les troupes sont souvent mal préparées. L’ONU commence à recourir à des compagnies de sécurité privées dans certaines circonstances, qui se développent depuis la fin de la guerre froide. On voit que cette externalisation des opérations du maintien de la paix s’accentue. Ces coalitions procèdent de plus en plus à des opérations de paix et souvent sous mandat onusien. Lechapitre 8 de la charte de l’ONU prévoit qu’il est possible de déléguer ces missions à des alliances régionales. L’Eufor : l’UE a été chargée de mettre en place cette mission de sécurité. Cela témoigne de l’émergence de l’UE comme acteur central des relations internationales. L’Eufor a été retirée du Tchad au bout d’un an et remplacée par l’ONU.
L’action des casques bleus est souvent critiquée maisJean-Marie Guédaud dit : « l’ONU n’est pas une société de gardiennage, les troupes donnent aussi un signal politique d’union politique ».
Les actions des casques bleus déçoivent souvent, elles ne permettent « que » la sécurisation des zones, elles ne peuvent signer les accords de paix à la place des zones sensibles !
Exemple : le Darfour. Le Soudan est indépendant depuis 1956, ancienne colonie...
tracking img