Religion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1161 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les religions peuvent-elles être néfastes ?

Les religions ne visent pas uniquement une connaissance de l'ordre du monde, elles ne sont pas uniquement des discours que l'on peut qualifier de mythologique mais peuvent avoir un aspect éthique et donc social en édictant les règles auxquelles nous devons nous plier. Elles définissent, comme toute morale, des règles, et des interdits et permettentde fonder une communauté sociale, les religions sont donc utiles et peuvent ne plus nous apparaître comme des discours fantaisistes et irrationnelle. Cependant, la religion n'est-elle pas ce qui nous empêche de faire face et de remédier à la misère de notre condition au profit d'une espérance morale qui cachent et justifient ainsi une situation injuste de misère sociale.

La religion comme lienentre les hommes, élément nécessaire à la consolidation du lien social
références: Rousseau et Tocqueville

On peu envisager parfaitement la possibilité qu'une religion soit utile, constructive pour une société, un corps politique il faut qu'elle soit fédératrice.
« Il est facile de voir qu'il n'y a pas de société qui puisse prospérer sans croyances semblables, ou plutôt il n'y en a pointqui subsistent ainsi : car, sans idées communes, il n'y a pas d'action communes, et, sans action commune, il existe encore des hommes, mais non pas un corps sociale. (…) Il faut donc que les esprits des citoyens soient toujours rassemblés et tenus ensemble par quelques idées principales; et cela ne saurait âtre, à moins que chacun d'eux ne vienne quelque fois puiser ses opinions à une même sourcecommune et ne consente à recevoir un certain nombre de croyances toutes faites. » Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, (Tome 2, 1ère partie, chapitre 2). Les croyances communes permettent de consolider le lien social. Consolidation nécessaire face à un individualisme qui selon Tocqueville frêne la dynamique de progrès. La religion peut jouer un rôle nécessaire dans la fondation de la viesociale, elle peut être un instrument pour consolider les intérêts sociaux.

Toutes les religions sont bonnes pour autant qu'elles écoutent ou favorisent ce sentiment de sociabilité nécessaire au lien sociale. Elles deviennent mauvaises dès qu'elles engendrent la division, édictent des élections ou des rejets et instituent des intermédiaires entre les hommes et leur(s) dieu(x)

Il est vraiqu'une société ne saurait âtre viable sans l'idée d'un sentiment commun, que la religion et nos croyances communes nous conduisent à ressentir notre appartenance à la même communauté. En cela la religion est utile

Seulement, cette utilité, ce caractère fondateur que l'on trouve dans toutes les sociétés peut bien être en réalité une idéologie, qui masque et conforte une situation de détressesociale.

La religion n'a-t-elle qu'une fonction de cohésion sociale ?

« La religion est une chose éminemment sociale. Les représentations religieuses sont des représentations collectives qui expriment des réalités collectives » Emile Durkheim dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse, PUF, 1979.

La religion peut être une « assurance contre la dépression » : parce qu'il est un êtreconscient et intélligent, l'homme sait qu'il doit mourir ; or cette pensée de la mort est « désespérante » et propre «  à ralentir chez l'homme le mouvement de la vie ». En affirmant la continuation de la vie après la mort, la religion apparaît « comme une réaction défensive de la nature contre la représentation, par l'intélligence, de l'inévitabilité de la mort ».

La fonction « d'assurancecontre la dépression » évoque également une autre fonction : satisfaire dans l'imaginaire le désir infantile d'être protégé.
Freud dit, à ce propos, de la religion qu'elle est une illusion, et que « ce qui caractérise l'illusion, c'est d'être dérivée des désirs humains ». Dans la croyance religieuse comme dans toute croyance, « la réalisation d'un désir est prévalente ». La force d'une croyance est...
tracking img