Religion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 100 (24760 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La religion

Introduction 2

I. Le fait religieux 2

A. Essai de définition du fait religieux 2
1. La dimension sociale 2
2. Le profane et le sacré 3
3. La règle du jeu 4

B. La religion comme dispositif moral et politique 4
1. Religion et morale 4
2. Religion et politique 5

C. Approche phénoménologique : les sentiments religieux et mystiques 6
1. Lesentiment « océanique » 6
2. Le frisson métaphysique 6
3. L’amour 8

II. Logique de la religion 8

A. Approche théorique 8
1. Ce que signifie « Dieu » 9
2. Les arguments en faveur de l’existence de Dieu 12
a. L’argument d’autorité 12
b. Pas de création sans créateur 12
c. L’ordre du monde 12
d. La preuve par le désir 13
e. L’argumentontologique 13
3. La foi et la raison (Spinoza) 16
4. Les limites de la raison (Pascal, Kant) 17
5. Vivre et connaître (positivisme, Russell, Freud) 20

B. Le problème du mal 22
1. Le mal n’existe pas 23
a. Le mal n’existe pas 23
b. Le mal est la condition du bien 23
2. Dieu n’est pas tout-puissant 24
a. Le mal vient de la matière 24
b. Le malvient des créatures (libre arbitre) 24
c. Dieu n’est pas cause des détails 25
Conclusion 25

C. L’aliénation religieuse (Marx, Nietzsche, Freud) 26
1. Paradoxes éthiques et esthétiques 26
2. La religion est un instrument d’aliénation et de domination sociales (Marx) 26
3. La religion est négation de la vie (Nietzsche) 27
4. La religion est la névrose del’humanité (Freud) 29

III. La fin de la religion ? 29

A. « Dieu est mort ! » 29

B. Le désenchantement du monde 30

Conclusion 31

Annexe 31

Résumé 32

Compléments 34
Le bouddhisme 34
Un conte indien 35
Autres remarques 35
Problèmes théologiques 36
Citations 36

Sujets de dissertation 36

Introduction

Etymologiquement, religion signifie relier.Mais que s’agit-il de relier ? Les hommes et les dieux, comme le suggère saint Augustin ? Ou faut-il penser que Dieu n’est qu’un intermédiaire mystérieux destiné à relier les hommes entre eux par le respect de règles éthiques ? L’anthropologie pourrait encore suggérer qu’il s’agit de relier les vivants aux morts : la religion est en effet coextensive au culte des morts.
Nous commencerons partenter de caractériser la religion en l’envisageant dans sa dimension anthropologique. Puis nous discuterons la religion comme doctrine théorique prétendant donner (révéler) une vérité sur le monde. Enfin, nous aborderons la religion du point de vue éthique, c’est-à-dire en tant que système de valeurs dont il s’agira d’évaluer les effets.

I. Le fait religieux

A. Essai de définition du faitreligieux

La religion est un phénomène social mystérieux. Il semble consubstantiel à l’homme dès son origine, et peut même servir de critère de l’humanité : on a pu faire commencer l’humanité avec les premiers cultes des morts. C’est donc l’universalité du phénomène qui s’impose à première vue : on ne connaît guère de société sans religion. Mais l’universalité de la religion est problématique,puisqu’il existe des individus irréligieux, agnostiques ou athées, et même, depuis l’époque moderne, des sociétés laïques.
De plus, l’universalité du phénomène religieux dissimule une grande variété des formes concrètes que prend ce phénomène. Commençons donc par voir si nous pouvons extraire de cette multiplicité une essence commune afin de parvenir à une définition du « fait religieux ».

1.La dimension sociale

La dimension sociale est un élément essentiel de la religion. C’est ce qui distingue la religion de la magie ou de la simple croyance personnelle. La religion est toujours, par définition, organisée en Eglise et s’accompagne toujours d’un minimum de rites.
Durkheim a beaucoup insisté sur cette dimension sociale. Cherchant à comprendre d’où vient la puissance...
tracking img