René descarte

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
René Descartes est un philosophe et mathématicien français. Né en 1596 il est très connu pour la création de la géométrie analytique, les lois de la réfraction, mais surtout pour être le point derupture entre le scolastique et la philosophie moderne.
De 1604 à 1612 Descartes est élève des jésuites au collège de la Flèche où il étudie la philosophie d’Aristote, mais se consacre surtout auxmathématiques.
En 1616 il obtient la licence en droit à l’université de Poitiers, et à l’âge de 22 ans il part aux Pays-Bas pour essayer la vie militaire jusqu’en novembre 1619 lorsqu’il expérimente unesorte de « révélation » que le conduit à l’élaboration de sa méthode.
En 1622 Descartes retourne en France où il fait la connaissance de la plupart des scientifiques de l’époque.
En 1628 il partdéfinitivement aux Pays-Bas pour remplir ses objectifs philosophiques et scientifiques.
Il consacre les cinq premières années à l’élaboration de son propre système du monde, et à sa conception de l’hommeet le corps humain, mais lorsqu’il fait la connaissance de la condamnation de Galilée, il renonce à faire publique son travail.
En 1637 il publie le très populaire « Discours de la méthode » commeprologue à trois essais scientifiques (la géométrie, es météores et la dioptrique). Ici Descartes propose une sorte de doute qu’il nomme « doute méthodique » qui soumette au jugement toute laconnaissance de l’époque. Il trouve aussi le principe de la conscience propre qui doute, c’est le « cogito », ou le bien connu « je pense, donc je suis ». Descartes dit que « c’est la conscience de penser quiétablit avec certitude que je suis », et sur ce pont il assure l’existence de Dieu comme la conscience absolue.
En synthèse, la méthode cartésienne consiste dans la décomposition d’un problèmecomplexe en éléments simples, et postérieurement les reconstruire en demandant à chaque nouvelle relation l’évidence de chaque idée.
Finalement, malgré la publication de sa métaphysique en 1641, où...