Rentabilites boursieres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 44 (10906 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cet article est disponible en ligne à l’adresse : http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=ECOP&ID_NUMPUBLIE=ECOP_166&ID_ARTICLE=ECOP_166_0071

Prévisibilité des rentabilités boursières. Une étude empirique du marché boursier français sur données intraquotidiennes par Christine STACHOWIAK
| La Documentation française | Économie et Prévision 2004/5 - n° 166
ISSN 0249 – 4744 | pages 71 à 85Pour citer cet article : — Stachowiak C., Prévisibilité des rentabilités boursières. Une étude empirique du marché boursier français sur données intraquotidiennes, Économie et Prévision 2004/5, n° 166, p. 71-85.

Distribution électronique Cairn pour La Documentation française. © La Documentation française. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article,notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des casprévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

Prévisibilité des rentabilités boursières
Une étude empirique du marché boursier français sur données intraquotidiennes
Christine Stachowiak(*)

Diverses théories modernes reposent sur l’hypothèse d’efficience des marchés. Sur les marchés financiers, une dimensionparticulièrement importante de cette hypothèse fait référence à l’efficience informationnelle : à tout moment, le cours boursier reflète toute l’information disponible concernant la vie de la firme ainsi que l’influence des événements sur les performances futures de la firme. Fama (1965) donne la première définition de l’efficience des marchés : “ Un marché financier est dit efficient si etseulement si l’ensemble des informations disponibles concernant chaque actif financier coté sur ce marché est immédiatement intégré dans le prix de cet actif ”. Cette définition repose sur plusieurs hypothèses qui ne sont pas toujours vérifiées, ce qui a amené Jensen (1978) à donner une nouvelle définition moins restrictive de l’efficience : “ Sont maintenant réputés efficients les marchés sur lesquelsles prix des actifs cotés intègrent les informations les concernant de telle manière qu’un investisseur ne peut, en achetant ou en vendant cet actif, en tirer un profit supérieur aux coûts de transactions engendrés par cette action”. Cette définition met l’accent sur le fait que les agents économiques présents sur le marché financier ne peuvent réaliser d’arbitrage c’est-à-dire de profits sansrisque. La notion centrale de l’efficience des marchés financiers est donc la notion d’information. Les travaux de Fama (1970,1991) permettent de distinguer trois formes d’efficience : l’efficience au sens faible (weak hypothesis), l’efficience au sens semi-fort (semi strong hypothesis) et enfin l’efficience au sens fort (strong hypothesis). Ces trois formes se distinguent par le contenu informatifauquel elles se réfèrent. La forme faible retient les valeurs passées des cours boursiers. Un marché financier est dit efficient au sens faible si les prix des titres reflètent bien toute l’information concernant les cours passés. L’information prise en compte dans la forme semi-forte correspond aux événements rendus publics. Un marché financier est dit efficient au sens semi-fort s’il intègreimmédiatement, c’est-à-dire sans décalage temporel, les informations publiques dans les prix des actifs. La forme forte concerne l’information privée. Un marché financier est dit efficient au sens fort si la détention d’information privée par certains agents ne permet en aucun cas de réaliser d’arbitrage. Nous nous intéressons ici à la forme faible de l’efficience. L’information analysée dans cette...
tracking img