Repetto

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1038 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I) L’histoire de Repetto.

1) La naissance de Repetto par la danse.

Repetto est une des seules marques de chaussures de danse à être connu. En 1947, Rose Repetto, milanaise d’origine, créa une ballerine de danse à la demande de son fils Roland Petit âgé de 23 ans à l’époque. Le problème des chaussons de danse étaient le confort alors Rose Repetto décida d’utiliser une nouvelle technique ;c’est-à-dire de coudre la semelle du chausson à l'envers pour ensuite la retourner. Ainsi, elle piquait son aiguille dans la semelle de cuir mais en dessous pour entourer le pied et non l'inverse. Cette technique permettait aux ballerines pointes et demi-pointes d’être un véritable gant pour le pied. De plus, en allant à la danse, Roland Petit fait connaître ses chaussons de danse dont le confortest incomparable aux autres modèles.

Rose Repetto

C’est en abandonnant son bar à Montmartre que Rose Repetto se consacra entièrement à la conception de chaussure de danse. Un des grands atouts de Rose Repetto est vraiment d’adapter le chausson ou la chaussure à la personne qui va le ou la porter. Ainsi la Repetto a su s’imposer au fil des décennies, à l’opéra comme dans le show-business.Par la suite, Rose s’installa au 22 rue de la Paix à Paris, où de grands danseurs viennent acheter leur chausson, comme les folies Bergères, Rudolf Noureev ou encore Maurice Béjart. Cependant Rose Repetto ne s’arrêta pas seulement à la conception de chausson mais aussi la création de tenues de danse, en quelque sorte elle devient la fournisseuse officielle des artistes et des danseurs.Chausson de danse Repetto.

2) L’apogée des Repetto.

Repetto repose sur un atout encore plus important, un savoir-faire unique, la technique du « cousue et retournée » et les finitions à la main qui furent adoptées dès 1950. Tout d’abord, cette technique a été utilisée dans les ateliers parisiens puis c’est étendu à Saint Médard d’Excideuil. De plus, le chausson de danse Repetto se voulaitcomme une deuxième peau, c’est ainsi que Rose Repetto choisit les meilleurs peausseries ce qui fut une petite révolution qui permis d’attirer autant de clients qui deviendront sans aucun doute fidèle à la marque.

Fabrication à la main des ballerines Repetto dans l’atelier de Saint Médard d’Excideuil.
A force d’attirer autant de monde dans sonatelier, de grands noms commencent à venir se chausser chez Rose Repetto. En 1956, Brigitte Bardot, une habituée des ballerines de danse Repetto, osa porter la ballerine de « ville ». Elle demanda à Rose Repetto d’allier le confort du chausson de danse et la sensualité d’une chaussure de ville, ce qui donna la ballerine Cendrillon. Brigitte Bardot fut une des premières fans de la Repetto, lorsqu’elleeut un fort succès dans le film « Et Dieu créa la femme », long métrage de Roger Vadim ; elle associa ce succès aux ballerines rouge carmin.
Ainsi toutes les filles de l’époque ont voulu s’acheter les ballerines Cendrillon grâce à l’image forte de Brigitte Bardot. Ainsi avec le plébiscite des stars de l’époque, Repetto se crée une image et commence à avoir une forte notoriété dans le secteur de lachaussure. Par la suite, Repetto devient l’incarnation de l’élégance à la française.

Brigitte Bardot avec les Repetto « cendrillon »
Dans les années 70, une égérie de la chanson, Serge Gainsbourg, va aussi tomber sous le charme des Repetto, mais pour le modèle pour homme des Zizis. Ce modèle, à l’origine, a été créé pour la belle-fille de Rose Repetto, Zizi Jeanmaire, mais Serge Gainsbourg vase les approprier et ne les quittera pas pendant un moment. Plus tard, il décidera de devenir l’ambassadeur de Repetto. Néanmoins, tant d’autres deviennent adeptes de la marque comme Catherine Deneuve. Ainsi, Repetto connaît son apogée avec toutes ces stars qui viennent se chausser chez elle.
Repetto : modèle Zizi.

3) Le tournant dans l’Histoire de Repetto.

A la mort de Rose...
tracking img