Representation mort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1157 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le théâtre c'est la vie, les corps qui se meuvent, les voix qui surgissent des profondeurs, le public qui réagit en direct à ce qu'il voit, mais c'est aussi la mort.
La mort d'un personnage, d'une idée, d'une figure, d'un monde. Comment la représenter dans un de ces arts qu'on appelle "vivants"? Le cinéma a trouvé la solution en étant le plus réaliste possible. Mais le théâtre ne laisse pascette possibilité: les spectateurs sont dans la même salle que les comédiens, ils les voient en vrai. Alors de quelle manière peut-on faire croire à la mort au théâtre? Est-ce une attitude physique, un retrait du comédien, un silence absolu, une phrase explicative?
 
 
Il y a beaucoup de moyens de représenter la mort. La première qui vient à l'esprit, la plupart du temps, est celle du cinéma,qui tente de reproduire de façon très réaliste les gestes, le sang, l'attitude du corps...C'est probablement la plus facile tant à représenter qu'à faire comprendre au public, mais je pense qu'elle n'apporte rien à l'intérêt dramaturgique de cette mort, elle est justement trop réaliste pour un art qui ne revendique plus (ou beaucoup moins) ce réalisme. Au théâtre, certains choisissent designifier la mort par la sortie de scène du comédien, qui a quitté le corps de son personnage: il se lève et s'en va tranquillement. Il y a une frontière volontairement brutale entre la scène et le reste, et à partir du moment où l'acteur quitte la sphère scénique, il ne fait plus partie du jeu. Cet acte est extrêmement puissant: le public voit un personnage mourir, puis celui qui l'incarne s'en aller etl'abandonner.
Je n'adhère pas à ce mode de jeu, parce-que je crois qu'il est très difficile de maîtriser le sens et la réaction des spectateurs: ils peuvent être choqués par cette rupture totale dans la continuité de la mort, mais cette intention peut trop vite basculer dans le comique ou l'agaçant, et la mort n'aura alors plus du tout la force que les artistes voulaient lui donner. Et cemode de représentation signifie que le personnage n'existe que sur scène, qu'il n'a plus aucune identité à partir du moment où les artistes ont décidé d'arrêter de le représenter. Je ne suis pas d'accord avec cela.
Je crois que le théâtre a le pouvoir de faire vivre le personnage de lui-même, il continue d'exister et d'évoluer lorsque l'acteur ne l'incarne plus. Et cette vie est pour moiaussi intéressante que celle qu'on observe directement sur scène. Ainsi, selon moi, si un personnage est mort sur scène, il continue d'exister dans le corps du comédien, dans le corps des autres, celui du public, celui de la scène et de la salle, celui de l'air et du temps qui passe. Une force colossale émerge de cette mort, et bien l'utiliser, consciemment, peut faire surgir un sens, un intérêt, unebeauté que le public n'aurait jamais imaginés et qui pourront apporter au spectacle son originalité, ce que les autres n'auront pas montré. Mais il est difficile de faire naître cette force, et des questions surgissent instantanément.
Que devient le corps du personnage qui vient de mourir? Logiquement, il est inerte. Mais le corps de l'acteur? Doit-il respecter l'attitude d'un mort etrester sur scène jusqu'à ce qu'on l'en sorte? Les artistes doivent connaître l'utilité de cette mort: est-ce simplement la disparition d'un des personnages du monde des vivants, et donc ce qui se passe après sa mort n'a pas d'importance, ou y a-t-il une utilité dramaturgique à cette mort? Si le comédien reste sur scène, son corps créera automatiquement une focalisation de l'attention. Il est bienvivant, il respire, il entend et même écoute ce qui se passe autour de lui. Le spectateur ressentira cette vie dans la mort. Bien malgré lui, il se focalisera autant si ce n'est plus sur le comédien jouant la mort que sur les autres, qu'il n'aura pas forcément besoin de regarder pour les voir bouger.
C'est ainsi que, parfois, la mort prend trop de place et que certaines paroles ou actions...
tracking img