Requisitoire de m.de bauvary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (300 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Réquisitoire de M. l’Avocat Impérial
M. Ernest Pinard (extrait)
Ce n’est pas tout, à la page 73, il est un dernier tableau que je ne peux pas omettre ; elle était arrivéejusqu’à la fatigue de la volupté.
« Elle se promettait continuellement pour son prochain voyage une félicité profonde ; puis elle s’avouait ne rien sentir d’extraordinaire. Maiscette déception s’effaçait vite sous un espoir nouveau, et Emma revenait à lui, plus enflammée, plus haletante, plus avide. Elle se déshabillait brutalement, arrachant lelacet mince de son corset qui sifflait autour de ses hanches comme une couleuvre qui glisse. Elle allait sur la pointe de ses pieds nus regarder encore une fois si la porte étaitfermée, puis elle faisait d’un seul geste tomber ensemble tous ses vêtements ; - et pâle, sans parler, sérieusement , elle s’abattait contre sa poitrine, avec un long frisson. »Je signale ici deux choses, messieurs, une peinture
admirable sous le rapport du talent, mais une peinture exécrable au point de vue de la morale. Oui, M. Flaubert saitembellir ses peintures avec toutes les ressources de l’art. Chez lui point de gaze, point de voiles, c‘est la nature dans toute sa nudité, dans toute sa crudité !
Encore unecitation de la page 78.
« Ils se connaissaient trop pour avoir ces ébahissements de possession qui en centuplent la joie. Elle était aussi
dégoûtée de lui qu’il était fatiguéd’elle. Emma retrouvait dans l’adultère toutes les platitudes du mariage. »
Platitudes du mariage, poésie de l’adultère ! Tantôt c’est la souillure du mariage, tantôt ce sont sesplatitudes, mais c’est toujours la poésie de l’adultère. Voilà, messieurs, les situa¬tions que M. Flaubert aime à peindre, et malheureusement il ne les peint que trop bien.
tracking img