Resume giono

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2487 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Résumé LES ÂMES FORTES – Giono

En Haute Provence en 1945, un groupe de femmes veille un mort du nom d’Albert. Elles se remémorent des moments clefs de leur vie. Parmi elles Thérèse, la plus âgée du groupe, raconte son parcours ambigu.
Soixante-trois ans auparavant -elle a alors vingt deux ans- elle décide de s’enfuir de sa Drôme natale avec son fiancé Firmin. En pleine nuit Firmin vient lachercher chez elle et ils partent pour Châtillon. N’ayant pas assez d’argent, ils décident de faire une partie du chemin à pied puis de prendre une voiture pour faire le reste.
Arrivé à Châtillon Firmin va chez Gourgeons car il a entendu que celui-ci cherchait de la main d’œuvre pour sa maréchalerie. Il arrive à se faire engager et Gourgeons les invite à manger. Les trente sous que gagne Firminchaque jour ne suffisent pas à assurer leur avenir. Thérèse trouve rapidement un travail à l’auberge de Châtillon. C’est une grande auberge où toutes les voitures du coin viennent. Thérèse aime beaucoup ce travail, ils sont logés dans une chambre à l’auberge et elle gagne vingt cinq sous.
Une des dames arrête Thérèse dans son récit. Elle lui raconte qu’à l’époque elle a entendu parler de Thérèse parsa tante. Elle lui racontait que Thérèse ne vivait pas dans le luxe, que son homme la trompait et qu’il n’avait pas un bon travail. Thérèse confirme rapidement cette version sans s’attarder plus dessus. Elle continue son récit.
Thérèse raconte l’histoire de monsieur Numance, un habitué des lieux. C’était un homme qui était très aimable, très agréable jusqu'au jour où il apprit que sa femme avaitvingt mille francs de dettes. Madame Numance était une femme très réservée. Contrairement à son mari, elle était peu sociable. Le jour où un créancier est venu demander de l’argent à monsieur Numance, Thérèse, comme beaucoup de personnes de Châtillon, est allée voir ce qui se passait à la demeure de monsieur Numance. Elle raconte que c’est la seule fois où elle a vu Madame Numance rire. Quelquesjours plus tard, monsieur Numance retourne à l’auberge et Thérèse s’aperçoit qu’il a dû se débarrasser de son personnel. De plus, il ne joue plus au billard dans la salle avec les autres hommes mais dans la salle du fond, une vieille salle avec un vieux billard. Thérèse incite Firmin à aller jouer avec monsieur Numance le temps qu’elle finisse son service. Dans la ville, les ragots vont bon train,chacun se demande si madame Numance n’a vraiment perdu que vingt mille franc. Les gens imaginent un amant qui la rançonne, un duc ou bien un bandit. Mais personne ne sait combien ni comment tout cet argent a été perdu. Thérèse observe les voitures qui arrivent à l’auberge pour voir s’il n’y a pas l’amant de Madame Numance parmi les passagers qui descendent. Pendant plusieurs jours elle neremarque rien de spécial. Un soir, alors qu’elle lave les couteaux devant la cheminée, un homme rentre. Thérèse est persuadée qu’il est l’amant de madame Numance.
Thérèse est interrompue dans son récit. Une des personnes qui l’entourent fait remarquer à Thérèse qu’elle n’a pas parlé de sa grossesse ni de l’enfant qu’elle a eu avec Firmin. Thérèse a eu son enfant le lendemain de son mariage. On apprendaussi que l’auberge n’est qu’une grange où on nourrit les ouvriers qui travaillent sur le chantier du chemin de fer. Le chantier du train est dirigé par un certain Cartouche. La dame raconte que Firmin n’a pas un si bon poste que ca. Son patron commence à perdre sa clientèle. Après son accouchement, Thérèse faisait la malheureuse pour se faire offrir de la nourriture par les gens du village. Celaleur permettait de vivre.
Les Numance sont des personnes très généreuses. Madame Numance donne tout ce qu’elle possède à des pauvres, elle paye les notes des commerçants. Un beau jour, ils se retrouvent sans argent mais avec ce qui leur reste, ils achètent un ticket de loterie et gagnent cent mille francs. Avec cet argent ils vont s’installer à Châtillon. Ils gardent le même train de vie....
tracking img