Retour du religieux ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1966 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Retour du religieux ?

Par certains aspects, nous pourrions croire à un retour du religieux. En fait, c’est le contraire qui est vrai. Nous vivons l’opposé d’un retour du religieux. Nous subissons plutôt les effets paradoxaux d’une sortie de la religion. Il convient de distinguer dans ce domaine deux cas de figure complètement différents. Le cas américain est celui d’une société ultramoderne,restée toutefois religieuse. Cela, parce que, d’entrée, la pluralité des dénominations religieuses a imposé l’alliance de la croyance avec la liberté. En Europe, le phénomène frappant, en dehors d’exceptions périphériques – l’Irlande, la Pologne, la Grèce – c’est l’accélération de la débandade des Eglises et des magistères spirituels. Il n’y a plus d’autorité religieuse en Europe mais une vasteémancipation des gens mêmes qui se réclament de la croyance, par rapport à la cléricature dans son ensemble. De très nombreux jeunes sont désormais élevés en dehors de toute référence religieuse. Ce recul a des conséquences politiques profondes. L’insertion des croyants dans l’espace démocratique posait, il y a encore cinquante ans, un problème philosophique qui est aujourd’hui entièrement résolu. Leprincipe métaphysique de la démocratie, c’est-à-dire l’indépendance de l’homme, ne représente plus un défi insupportable pour la conscience chrétienne.
Le catholicisme, après avoir maintenu très longtemps son refus, s’est rallié à son tour à la libre discussion de l’ordre collectif. Il s’est départi de ce qui subsistait en lui de l’inspiration immémoriale des religions. Il a abandonné l’idéed’un ordre divin et d’une économie substantielle de la société humaine ordonnée aux fins du salut. C’est cette rupture qui justifie de parler d’une « sortie de la religion ». Il faut mesurer sa portée, par rapport aux sociétés du passé qui s’organisaient selon la dépendance sacrale. La démocratie a absorbé la conscience religieuse. On peut être bon chrétien et démocrate avancé. L’opposition descatholiques à la République, qui motivait l’anticléricalisme, n’existant plus, ce dernier est devenu lui-même une survivance ringarde . Plus profondément, la politique ne peut plus être magnifiée comme une alternative à la religion.
On observe la concomitance troublante de deux reflux : celui de la religion et celui du politique. Le camp religieux traditionaliste et le camp laïc émancipateurs’affaiblissent de concert. Privée de son vieil ennemi autoritaire, la cause de la liberté a cessé d’être une religion de substitution censée apporter des réponses aux problèmes moraux et spirituels. La politique reste une chose très importante, mais elle n’est plus porteuse de valeurs ultimes. Sa tâche se limite à assurer la coexistence entre les personnes, en redistribuant les biens, en prémunissant lescitoyens de l’insécurité. On n’attend plus de la politique la réalisation des fins dernières de l’existence. Le reflux du politique se superpose ainsi à l’effacement du religieux. Ce double retrait crée par soustraction un espace intellectuel propice au déploiement d’interrogations que la chose collective ne peut prendre en charge et qui sont renvoyées aux consciences individuelles.
En fait de finde l’Histoire, il s’agit de l’extinction des messianismes spirituel et temporel. Le double reflux du politique et du religieux compose le paysage d’un monde vidé de grandes espérances, dans lequel la gauche a du mal à retrouver ses repères. La droite a un refuge naturel dans le pragmatisme, la gauche est condamnée à proposer un avenir, nécessité quant à son propre avenir. La tâche est difficile.Donc ce que l’on appelle, un peu vite, le « retour du religieux » n’est jamais qu’un expédient pour pallier l’effondrement des liens verticaux, l’affaiblissement de la transcendance. Ce prétendu « retour du religieux » se manifeste de deux façons qu’il faut se garder de confondre l’une et l’autre avec une restauration de l’ancienne autorité de la religion. D’une part, il se joue chez les...
tracking img