Revolution keynesienne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6698 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La révolution keynésienne
Sommaire
Keynes : une destinée exceptionnelle
      Une activité foisonnante
      L'oeuvre de Keynes
L'économie rêvée des " classiques "
Le chômage involontaire
      L'offre de travail dans l'analyse keynésienne
      L'inefficacité d'une baisse des salaires nominaux
Une économie de la demande
      La critique de la loi de Say
      La production effective      Le multiplicateur d'investissement
Le modèle complet
      Le marché des biens et services
      Le marché de la monnaie
      Le marché des titres
      Le modèle keynésien
La politique économique
La politique économique en économie ouverte
      Le rôle des échanges extérieurs
      Keynes et la valeur de la monnaie nationale
Actualité de Keynes
      Une politique de relance      Les enseignements de Keynes et la crise actuelle
Bibliographie
par Michel Herland.
Publiée en 1936 par John Maynard Keynes, la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie s'impose comme une oeuvre économique majeure de ce siècle. La crise économique de 1929 fournit à Keynes l'occasion de se dégager définitivement de l'influence des analyses néoclassiques en mettantl'accent sur le rôle et la nature de la monnaie, sur l'importance de l'incertitude et des anticipations et sur la place décisive des entrepreneurs dans la dynamique économique. Rappelant au début de la Théorie générale que " la difficulté n'est pas de comprendre les idées nouvelles mais d'échapper aux idées anciennes ", Keynes refuse de faire confiance aux mécanismes du marché pour rétablirspontanément l'équilibre et restaurer le plein-emploi. Il fonde ainsi les politiques macroéconomiques en examinant, comme le montre ici Michel Herland, l'efficacité des instruments budgétaires et monétaires.

Keynes : une destinée exceptionnelle

John Maynard Keynes est né en 1883, comme Schumpeter, l'année de la mort de Marx. A l'instar de John Stuart Mill et de Léon Walras, il était le fils d'unéconomiste. John Neville Keynes (1852-1949), qui enseigna les " sciences morales " à Cambridge à l'époque où l'économie politique leur était encore rattachée, est l'auteur d'un ouvrage sur le domaine et la méthode de cette science qui fit autorité pendant plusieurs décennies. Maynard Keynes fut ainsi un pur produit de Cambridge, l'Université alors incontestablement la plus réputée outre-Manche, enraison de la présence d'Alfred Marshall (1842-1924) qui a formé la plupart des économistes britanniques actifs depuis la fin du XIXe siècle jusqu'aux environs de la Seconde Guerre mondiale, à commencer par Keynes lui-même.

Une activité foisonnante

Keynes étudia surtout les mathématiques à l'Université et sa thèse fut consacrée à la théorie des probabilités, mais il était l'assistant deMarshall à l'époque où il la rédigeait et il devint très vite l'un des membres les plus actifs de la profession des économistes en Grande-Bretagne : éditeur de l'Economic Journal, secrétaire puis président de la Royal Economic Society. Auteur prolifique, il fut bientôt lui-même un maître entouré par ses disciples au sein du Club d'économie politique de Cambridge qu'il avait créé. Pourtant l'enseignementet la recherche en économie ne suffisaient pas à remplir sa vie. Après la Première Guerre mondiale, qu'il passa au service du Trésor britannique en tant que responsable des relations financières avec les alliés, il développa une activité multiforme puisqu'il fut à la fois financier (heureux en affaires), journaliste, militant politique (au sein du parti libéral), mécène et président du Conseildes Arts en même temps qu'économiste. Il ne passait plus à Cambridge que deux jours par semaine et résidait à Londres, dans le quartier de Bloomsbury, à côté de ses amis qui comptaient parmi les intellectuels les plus en vue de sa génération. Il avait d'ailleurs renoncé à toucher le moindre revenu de son université.
En 1937, les premiers symptômes de la maladie cardiaque qui devait l'emporter...
tracking img