Revue de presse : la france va-t-elle perdre son triple a ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1644 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LA FRANCE PEUT-ELLE CONSERVER SA NOTATION AAA ?

Introduction

Actuellement, la simple évocation des agences de notation provoque un rictus sur les visages français. En effet, après la perte du triple A des Etats-Unis pour une note de double A, et causée par la chute des Lehman Brothers, l'idée que la France elle aussi puisse voir sa note dégradée par l'agence de notation Moody's effraie.D'autant plus que l'analyse de la note française voit le jour dans un contexte de crise européenne. En effet le gouvernement et les Français ont peur de voire leur taux d'emprunts augmenter comme cela a été le cas en Espagne ou les taux d’intérêts des obligations sont passés à 7%

Il ne faut pas confondre agence de notation sociale et environnementale et agence de notation financière. Enl’occurrence, Moody's fait partie de la deuxième catégorie. Elle a pour fonction l'analyse financière d'entreprises commerciales ou d'organes gouvernementaux à travers entre autre ses notations financières standardisées (allant de D à AAA) en fonctions du risque et de la valeur de l'investissement, à long, moyen et court terme. De plus l'agence Moody's n'est pas la seul agence de notation, il existeégalement Standard and Poor's et Fitch Ratings, toutes trois d'origine américaine, et qui se sont aussi intéressées au cas de la France.

La possible dégradation de la note française soulève moulte réactions: nous sommes en droit de nous demander si la France peut-elle réellement voir sa note abaissée par les agences de notations?
Pour notre revue de presse nous avons décidé d'utiliser des articles dejournaux provenant du Figaro, de l'Express, du 20 minutes et enfin de l'Expansion ces articles nous montrent leurs différents points de vue sur la note accordée à la France (AAA).
Dans un premier temps, nous verrons que la France peut conserver son triple A à court terme, si elle respecte les conditions qu'elle s'était imposée, puis nous verrons qu'elle devra fournir d'avantages d'efforts pourla conserver à moyen et long terme.

Sources : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-france-peut-elle-encore-sauver-son-triple-a_271478.html
http://www.lexpress.fr/actualite/economie/la-france-peut-elle-conserver-son-aaa_1018664.html
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/10/18/04016-20111018ARTFIG00348-moody-s-jette-une-ombre-sur-la-note-aaa-de-la-france.phphttp://www.20minutes.fr/article/825702/pourquoi-france-deja-presque-perdu-aaa

I - La France peut conserver son triple A à court terme

Malgré la crainte publique, selon l'article publié le 18 octobre 2011 par Le Figaro, la France ne devrait pas trop être effrayé de la menace Moody's puisqu'elle dispose de nombreux atouts, comme "une productivité élevée" et "l'expérience en matière d'innovation", "sa largediversification" et "une épargne élevée des entreprises avec une augmentation modérée des engagements financiers des ménages et des entreprises". En effet, ces atouts pourraient servir d'amortisseurs de la crise. Cet article défend ensuite le fait que la France a toutes ses chances de conserver son AAA si elle sait fournir les bons efforts. Car comme le soutient l'article de l'Express publié le 6 août  2011,notre nation a pris de nombreuses mesures de rigueur : baisse des niches fiscales, projet de lois dans le financement de la sécurité sociale, sauvetage des banques en 2008, augmentation de l'âge d'entrée à la retraite ainsi que la prévision de réduire le déficit public à 5,7% du produit intérieur brut fin 2011, 4,6% fin 2012, 3% fin 2013 et 2% fin 2014. Un autre argument à prendre en compte selonGilles Raveaud est que "le nouveau né en France hérite de plus de créances que de dettes et commence la vie avec un actif net public de près de 6700 euros. "

De plus une interview de Cyril Régnat, stratégiste chez Natixis (banque de financements et d’investissements) parue dans l'expansion nous indique que les taux aux quels emprunte la France ne sont pas problématiques, certes il y a eu...
tracking img