Revue de presse: les retraites

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1227 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les retraites : implications des jeunes

Applaudie par les syndicats et l'opposition, critiquée par la majorité, la mobilisation des lycéens et des étudiants contre la réforme des retraites fait débat. Voici le point sur les implications des jeunes sur ce projet de loi.
Le 12 octobre dernier a marqué un tournant dans la mobilisation contre la réforme des retraites avec l'entrée en force dela jeunesse dans le mouvement : 150.000 lycéens et étudiants sont venus grossir les cortèges de manifestants. L’UNL (Union Nationale Lycéenne) comptait d’ailleurs plus de 900 établissements « mobilisés », dont près de « 500 bloqués ». ils étaient 2000 jeunes dans les rues d’Orléans, 1500 à Montpellier, 4000 à Marseille. Et Luc Ferry, dans le Figaro du 14 octobre titrait déjà :«  Lycéens : avantmême d’avoir commencé à travailler, les voilà déjà en grève! ».

Cependant, certains rassemblements ont provoqué des incidents parfois graves, comme à Montreuil (Seine Saint Denis). En effet, un jeune de 16 ansa été blessé au visage par un tir de flashball lors d’affrontements entre la police et les jeunes. De même, 4 lycéennes commotionnées ont été hospitalisées aux Mureaux, dans les Yvelines.A Nîmes, des voitures ont été brulées et des policiers « caillassés ». A Lyon, une dizaine de lycéens ont été interpellés à la  suite de dégradations sur des abri-bus et des véhicules. L'UNL a dénoncé «les nombreux actes de répression policière», avertissant que «la répression ne saurait freiner le mouvement lycéen».

Alors faut-il avoir peur des jeunes, faut-il les écouter, sont-ilsmanipulés? Qui a raison ?
Tous les quotidiens nationaux font la Une concernant la réforme des retraites. Depuis mercredi 27 octobre, la loi a été définitivement votée.
Mais le sujet qui nous intéresse principalement est l’implication des jeunes lycéens et étudiants dans la réforme. La grande crainte de l’Elysée était que les jeunes entrent dans la mobilisation comme pour le CPE en 2006 où le conflitsocial est devenu incontrôlable. Et cette crainte s’est réalisée. Ils protestaient dans les rues brandissant des pancartes « ni pantins ni bambins ».

Le Figaro du 11 octobre 2010, relate une réunion tenue au Ministère de l’Intérieur qui a conduit à la rédaction d’une note assez alarmiste de la Direction Générale de la police nationale. Le mouvement en passe de prendre chez les lycéens estqualifié de « très structuré ». L’UNL ou la FIDL (fédération indépendante et démocratique lycéenne) , proches de la gauche, n’ont pas ménagé leurs efforts pour sensibiliser le jeune public. L’Unef ou la LMDE parle de « l’angoisse des lycéens » d’être une « génération sacrifiée ». D’autre part, peu de temps auparavant, des parents d’éléves ont vu se multiplier des appels a la mobilisation lycéenne dansleur messagerie électronique destinée a recevoir normalement les comptes rendus de conseils de classe. Le Figaro rapporte même les propos d’un commissaire de police : « l’ultragauche s’active aussi en sous-main notamment dans son bastion toulousain. En région parisienne, ce même commissaire signale : « les texto et le réseau social Facebook tournent à plein ».
Le Figaro titre aussi en date du 11octobre que « la Gauche attise l’agitation des lycéens ». En effet, Ségolène royal avait appelé les jeunes à la mobilisation au journal de TF1 le 12 octobre. Elle avait ainsi déclaré: «Je leur demande de descendre dans la rue, mais de façon très pacifique». Tout de suite, elle se reprit mais suscita de nombreux commentaires de la part de ses collaborateurs de droite.

La droite et la gauche serejettent mutuellement la pierre. En effet, la gauche accuse la droite d’être au cœur des dérapages de cette réforme et la droite accuse cette dernière de manipuler les jeunes en les incitants à manifester. Victor Colombani, président de l’UNL, a tranché : «Les jeunes sont assez grands pour se mobiliser tout seuls sur la question des retraites qui les concerne directement»

Le journal La...
tracking img