Rfid

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4500 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

I. La RFID : explications techniques

Définition
Fonctionnement
Historique

II. Applications managériales

Applications actuelles et possibilités futures de la RFID
Les sociétés concernées par cette révolution
Principaux acteurs de la RFID

III. Comment suivre la tendance RFID ?

Législation
Risque technique et risque stratégique 
La RFID pour les managersIntroduction

La RFID est une technologie d’identification d’un objet et de transfert des données de cet objet. Déjà utilisée en France (le péage Liber-T par exemple), elle promet de s’améliorer, devenir moins cher et s’étendre pour améliorer tous nos gestes quotidiens, notamment en entreprise. Sera-t-elle la base d’un développement économique nouveau ?

I. La RFID : qu’est-ce que c’est ?1) Définition

RFID signifie Radio Frequency Identification. La RFID est une technologie qui permet de stocker et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés “radio-étiquettes”, ou « tag ». Ce sont les ondes radio qui permettent aux lecteurs de repérer les porteurs de radio-étiquettes (objets ou personnes).

2) Fonctionnement
(source : www.wikipedia.fr)

• Leprincipe 

Les radio-étiquettes sont composées d'une puce de silicium et d'une antenne.
Les lecteurs sont des dispositifs actifs, ils émettent des radiofréquences qui vont activer les radio-étiquettes qui passent devant eux en leur fournissant à courte distance de l'énergie.
La fréquence d’ondes radio utilisée est généralement du 13,56 MHz en Europe : cette fréquence est standardisée etcorrespond à la norme ISO 18092. La force de la fréquence détermine la quantité d’informations qui peut être échangée, le nombre de fonctionnalités que peuvent intégrer les étiquettes, la distance maximale de lecture entre les étiquettes et les lecteurs, et le risque d’interférences entre plusieurs étiquettes (plus élevé quand la fréquence est haute). Contre ce dernier risque, il existe des méthodes« d’anticollision ».

Concrètement, les radio-étiquettes ne sont activées que lorsqu’un lecteur les repère et leur apporte de l’énergie. Ce dernier leur envoie alors un signal d'interrogation particulier. L’étiquette y répond en renvoyant une identification numérique, généralement écrite en langage standard EPC-96 (développé par l’entreprise EPC Global aux USA, commercialisé par l’entreprise GS1 enFrance).

Il est possible d’ajouter des fonctionnalités à l’étiquette pour que lors de ce processus, elle assure un contrôle d’accès (problématique de la sécurité) ou une statistique particulière (un comptage, un suivi).

• Approfondissement sur les étiquettes RFID

Une radio-étiquette est très fine et sa taille est de quelques millimètres. Elle peut être jetable ou réutilisable(problématique écologique).

L’étiquette peut être active, c’est-à-dire dotée d’une batterie (ou alimentation) qui lui permet d’émettre un signal. Elle peut alors être lue depuis de longues distances. Par contre elle est repérable par importe quel lecteur environnant (problématique de la sécurité des marchandises).
Une étiquette semi-active n’émet aucun signal, mais elle a une batterie qui lui permetd’enregistrer des données : on l’utilise pour le transport de produits sous température dirigée.
Si elle est passive, l’étiquette n’a pas de batterie : elle est donc plus économique, mais elle a une distance de lecture réduite.

Enfin, une étiquette peut être de basse, haute ou très haute fréquence.
Basse fréquence : coûteuse mais réutilisable et lisible à quelques mètres de distance.
Hautefréquence : au moins 50 centimes, jetable ou réutilisable suivant les cas, distance de lecture de moins d’un mètre.
Très haute fréquence : de 15 à 25 centimes, lisible entre 2 et 4 mètres, mais mauvaise tolérance aux obstacles.

• Illustration du fonctionnement par une comparaison RFID / codes barres

Dans le système d'identification RFID, comme dans le système codes barres, l’étiquette...
tracking img