Rhinosceros

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Développement rédigé – commentaire du monologue final de Bérenger.

En fait, ce texte est un monologue, type de texte de théâtre bien connu des lecteurs. Ce monologue a toutes les allures d'un monologue classique.
Tout d'abord définissons : "monologue". L'on parle de "monologue" au théâtre lorsqu'un personnage s'exprime sur scène lorsqu'il est seul ou se croit seul. Le terme de "monologue"signifie étymologiquement "discours à un seul" (personnage, ou à une seule voix). La littérature dramatique est remplie de monologues célèbres; le personnage peut s'adresser à lui-même comme Auguste dans Cinna qui s'adresse à lui-même ("Rentre en toi-même, Octave", IV, 2), le monologue peut s'adresser à un objet ("Fer qui causes ma peine", Rodrigue s'adressant à son épée dans Le Cid, I, 6), à unenotion abstraite ("O rage O désespoir / O vieillesse ennemie", Don Diègue, Le Cid, I, 1). Ici, si le destinataire n'est pas clairement identifié (on y reviendra dans la suite du commentaire), il y a bien un personnage, seul en scène, coupé de toute situation de dialogue, qui s'adresse vraisemblablement à sa conscience, comme il le confie lui-même "Ah, comme j'ai mauvaise conscience".
Parmiles monologues, on peut distinguer plus particulièrement dans la tradition deux types: les monologues émotifs ou élégiaques (comme les lamentations de Figaro, dans Le mariage de Figaro, V, 3) et d'autre part, les monologues délibératifs, qui mettent en scène un héros partagé entre deux tentations ou devoirs. Le monologue final de Rhinocéros mobilise les deux fonctionnements: plainte et lamentationdu héros solitaire, délibération entre les deux aspects de sa personnalité d'homme: entre désir de se conformer à l'idéologie ambiante et volonté de conserver sa faculté de juger librement.
Le monologue final de Bérenger correspond d'abord au paroxysme émotionnel de la pièce. Parce que le personnage de Bérenger se sent pris au piège des rhinocéros (tout le monde est devenu rhinocéros ou les asuivi, telle Daisy), son bouleversement doit être extrême. On le voit à l'expression haletante, basique et répétitive: "c'est moi, c'est moi", "je ne suis pas beau, je ne suis pas beau". (Propositions simples avec attributs du sujet). On voit l'état de désarroi du personnage aussi à la ponctuation: les points d'exclamation couvrent toute la réplique.
Ce monologue est aussi à rattacher à la lignéedes monologues délibératifs. A la suite d'un Rodrigue partagé entre l'amour et l'honneur, Bérenger est tenté par le charisme des rhinocéros: "comme je voudrais avoir une peau dure (…) Leurs chants ont du charme!"; et il s'essaie au barrissement comme l'indique la didascalie : "il essaie de les imiter". L'autre branche de l'alternative consiste à assumer son humanité, le moment de la décision estdonné par une autre didascalie : "il a un brusque sursaut".

Tout dilemme comportant une part sacrificielle et mettant celui qui le vit au cœur d'un déchirement, il faut reconnaître à ce monologue sa portée tragique.
En fait, ce monologue final (qui clôture donc la pièce) est le point d'aboutissement d'une tragédie annoncée. Le monologue en tant que fin d'une pièce en troisactes, resserrée, est bien un dénouement, inscrit dans un registre tragique pour plusieurs raisons.
D'abord l'adverbe "hélas" puis l'accumulation d'exclamations négatives ("je n'ai pas de cornes, hélas!", "je n'arrive pas à barrir. (…) Les hurlements ne sont pas des barrissements!") inscrivent l'extrait dans un moment de négativité. Les termes de "honte", "manque", ainsi que la laideur et lamoiteur évoquées ajoutent à la tension tragique qui atteint ici, après trois actes son paroxysme. Cet extrait est le dernier moment d'une intrigue qui n'avait de cesse de se précipiter vers le pire.
De plus, la tragédie se définit par deux aspects: l'omniprésence de la mort, qui a ouvert la pièce (c'était la mort du chat), qui a parcouru l'ouvrage de façon plus suggérée (madame Bœuf a sauté par...
tracking img