Ridley scott

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (894 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Petit génie de la pub dans les années 1970, Ridley Scott est devenu en l’espace de trois films l’une des valeurs les plus sûres du cinéma américain. Les Duellistes, Alien, Blade Runner. Troischefs-d’œuvre intemporels, trois films qui renouvellent totalement le genre dans lequel ils évoluent. Et un triomphe international pour le deuxième film, l’un des plus gros succès de l’année 1979. Monument deterreur, Alien reste toujours vingt-cinq ans après sa réalisation au podium des plus grands films d’épouvante de l’Histoire.

Après avoir bouleversé le monde de la science-fiction avec l’inestimableBlade Runner, incroyable réflexion sur l’intelligence artificielle, sur l’âme humaine, sur la vie, sur l’amour, dans lequel Harrison Ford se révèle bouleversant, Ridley Scott connaît une chutesévère, tant qualitative que financière, avec ses films suivants. Legend, malgré ses qualités visuelles évidentes, se plante au box-office, notamment à cause d’un scénario pétrifiant de naïveté. Traquée, avecl’oubliée Mimi Rogers, fait à peine mieux. Quant à Black rain, remake au présent de Blade Runner, si tout le monde loue les qualités esthétiques du métrage, personne ne cache sa déception quant à lasimplicité de l’intrigue.

Scott retrouve quelque peu le sourire avec le sympathique et contestataire Thelma et Louise, qui appuie gentiment la cause féminine et qui, sans être un triomphe, trouveses marques au box-office et dans le cœur de la presse. Encore aujourd’hui, il s’agit de l’un des films les plus aimés du cinéaste. La chevauchée sauvage de ces deux femmes déçues par la vie bouleverseles spectateurs du monde entier, qui oublient facilement la banalité du propos. Scott apparaît comme un faiseur plutôt talentueux, mais dont la réussite dépend plutôt de la qualité des scriptsfournis. En tant que tel, il se perd dans l’entreprise gigantesque et incroyablement déficitaire de 1492 – Christophe Colomb, avec notre Depardieu national, déjà abonné aux tics de son double obscur...
tracking img