Rien que pour apprendre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2035 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction à la poésie
Proposée par Cyril Qu’est-ce que la poésie ? Définition difficile, même en ayant recours à l’étymologie ; « poésie » vient du mot « poiêsis » qui en Grec antique signifiait tout type de création, manuelle ou intellectuelle, bien qu’Aristote dans la « Poétique » en réduit l’usage à la représentation du réel (ou mimésis) obtenue par des moyens langagiers spécifiques : lesvers . Nature et fonctions de la poésie Ses origines • transmission de codes, lois et savoirs, de mythes. (rythmes périodiques Ü moyens mnémotechniques) • sa spécificité formelle Ô rituels liturgiques et magiques, douée d’un pouvoir sur ordre des choses, ex. carmina en latin = à la fois « vers » et « sortilèges ». Ses conceptions dans la littérature française Jusqu’au XVIIIème siècle, lesmouvements littéraires lui reconnaissent une origine surnaturelle, de par les deux traditions occidentales – le christianisme et, avec une force renouvelée à partir de la renaissance, l’Antiquité. En exemple ce passage de Ronsard qui fait de la vertu un préalable à l’enthousiasme : « A Michel de L’Hospital, chancelier de France »,Odes, 1560 […] Jamais les dieux qui sont bons Ne respandent leurs saintsdons Dans une ame vicieuse. […] Cette inspiration divine ne contrevient pas avec la conception ornementale qui prévaut avant le romantisme, le don poétique est au service de l’imitation de la nature préconisée par Aristote : J. Vauquelin de La Fresnaye, « l’Art Poétique François », 1605. […] Comme le voyageur qui d’un beau lac approche, En son bord se va mettre au coupeau d’une roche, Là demeurantlong temps oisif en son repos, Il n’a rien pour object que les vents et les flots : Toutesfois les forests dedans l’onde vitree Montrent de cent couleurs leur robe diapree : Et l’ombre des maisons, des tours et des Chasteaux Cette eau luy représente au cristal de ses eaux ; Il s’esjuit de voir que l’onde luy raporte Par un double plaisir ces forests en la sorte : Tout ainsi le poëte en ses raviraPar divers passetemps celuy qui les lira, Emerveillé de voir tant de choses si belles, En ses vers repeignant les choses naturelles […] La connaissance de la tradition littéraire et cette fonction ornementale fonde à la renaissance et à l’age classique le principe d l’imitation des écrivains passés.

Mais l’originalité reste bridé par la conscience de la perfection du modèle choisi, d’où querelleentre Anciens et Modernes dès le XVIIème siècle. Modernes : inviter leurs contemporains à s’adapter à leur époque caractérisée par le règne de la raison, sans pour autant briser avec l’autorité de la tradition. Anciens : tradition = idéal de la beauté car elle avait réalisée la copie parfaite, éternellement valable, de la nature. Depuis le XIXème siècle, la poésie est influencée par l’aspirationromantique et la promotion du MOI, naissante dès la fin du XVIIIème siècle (J.J. Rousseau.) L’émergence de l’individu que promeuvent entre autres les principes révolutionnaires favorisent l’exaltation du sujet : la production poétique vient se fondre avec le Lyrisme. (mot créé début XIXème pour désigner l’expression des sentiments intimes, à partir de l’adjectif « lyrique » qui qualifiait àl’origine les poèmes chantés avec accompagnement musical –souvent une lyre. Alfred de Musset, « Namouna », 1832 […] Sachez-le, - c’est le cœur qui parle et qui soupire Lorsque la main écrit, - c’est le cœur qui se fond ; C’est le cœur qui s’étend, se découvre et respire Comme un gai pèlerin sur le sommet d’un mont. […] Le poète romantique cherche un dépassement spirituel de lui-même. La croyance enl’inspiration survit au modèle classique de « l’inspiration raisonnable » préconisée par Voltaire dans son « dictionnaire philosophique portatif » 1764,elle incline même à apparier le culte de l’individu et la foi en Dieu : Lamartine, « L’Enthousiasme », Méditations poétiques […] Mais nous, pur embraser les âmes, Il faut brûler, il faut ravir Au ciel jaloux ses triples flammes. Pour tout peindre, il...
tracking img