Rien

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (258 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« La mondialisation n’est pas coupable », affirme l’économiste P. Krugman. En effet ce phénomène d’intensification des échanges internationaux de biens et deservices a été voulu et encouragé par la plupart des Etats Le GATT (general agreement on tariffs and trade) puis l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont fixédes règles propres à lever les obstacles aux échanges. Ils ont donc pu augmenter à un rythme beaucoup plus rapide que le PIB, entre pays développés et en voiede développement mais également, et surtout, au sein des pays industrialisés. Ce développement des échanges s’est accompagné d’une liberté de circulation accruepour les capitaux. La théorie économique considère elle aussi que le développement du commerce international est bénéfique à la croissance de chaque pays : selonla théorie des avantages comparatifs de Ricardo, même les pays qui ne disposent d’aucun avantage absolu ont intérêt à se spécialiser dans les domaines où ilssont le moins désavantagés et à s’insérer dans les échanges internationaux. Cependant, ce phénomène considéré comme bénéfique par la théorie économique et favorisépar les Etats suscite beaucoup de méfiance, comme le sous-entend le titre du livre de P. Krugman, tout particulièrement à cause de son impact complexe sur lemarché de l’emploi. En effet la mondialisation économique permet à certaines entreprises de fermer leurs établissements dans les pays industrialisés et de s’établirdans des pays où le coût du travail est inférieur. Outre ces délocalisations, en fait assez marginales, la mondialisation facilite les importations des...
tracking img