Rire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES TROIS GRANDES PERIODES DU RIRE  DE LA MYTHOLOGIE A L’HISTOIRE CONTEMPORAINE 
 

 
  On peut schématiser l’histoire du rire en trois grandes périodes :   

I. Le rire divin 
  C’est le rire correspondant à la période de  l’Antiquité, on attribue aux dieux son origine. Il est alors  lié  à  la  mythologie  et  a  une  connotation  positive.  Le  rire  est  nécessaire  à  la recréation,  à  la  refondation  du monde, c’est pourquoi les fêtes antiques comme les Saturnales inversaient les rôles  entre  maitres  et  esclaves.  Il  permettait  de  recréer  un  monde  différent ;  il  devenait  ainsi  outil  de  la  cohésion sociale.    On  se  moquait  aussi  des  despotes,  à  Rome  on  organisait  des  défilés  triomphaux  emplis  de bouffonneries et de satires politiques. On débusquait ainsi les mensonges en utilisant la dérision ; de  grands auteurs grecs comme Socrate (400 av JC) ou Plaute (150 av JC environ) sont connus pour leurs  comédies satiriques ; le but était pour le premier d’utiliser le rire pour apporter la connaissance aux  élèves  et  pour  le  second  de  renverser  les  valeurs  dominantes  par  le  recours  à  l’humour.  Du reste   Plaute, appelé aussi le père le l’ironie comique a inspiré Molière notamment pour sa pièce l’Avare.  Les dieux par leur rire montrent qu’ils ne se prennent pas au sérieux, les hommes, imitant les dieux,  sacralisent le monde et exorcisent leur destin.   

II. Le rire diabolique 
  Le  christianisme  substitue  au  rire  divin,  le  rire  diabolique.  « Jésus  n’a  jamais  rit » affirment  les  théologiens ; du coup, les chrétiens ne doivent pas rire, ils doivent être entièrement tournés vers leur  quête de la vie éternelle. Le péché entraine l’âme vers l’enfer, ils doivent craindre cette possibilité.  La religion tolère de moins en moins le carnaval, cette fête où l’on se déguise (carnis, levare : enlever la chair) où l’on devient quelqu’un d’autre. En effet, cette fête échappe à son contrôle et correspond  au vestige d’anciens cultes païens.    Le rire n’a donc pas sa place dans cette société ;  celui qui l’utilise est envahi  par le diable ; c’est le  péché  qui  dérègle  la  création  et  le  rire  est  l’outil  du  diable.  Du  coup  le  rire  devient  moqueur,  méchant, laid et celui qui rit devient indécent, grotesque, agressif, méprisant…   Ce  type  de  rire désacralise  le  monde  à  l’inverse  du  rire  divin.  Mais  comme  la  chair  est  faible,  la  religion tolérait tout de même dans les règles monastiques quelques moments de plaisanteries pour  peu qu’elles soient innocentes.    Le rire est, à cette époque, un instrument de subversion : la fête des fous (Victor Hugo dans Notre‐ Dame  de  Paris)  qui  se  situe  au  Moyen  Age,  les fables  (La  Fontaine)  les  comédies  (Molière)  les  parodies  religieuses  sont  autant  de  moments  où  l’on  se  moque  des  grandes  institutions  et  des  pouvoirs  en  place.  Ceci  est  admis  comme  soupape  de  sécurité.  Mais    Bossuet  rappelle  dans  ses  Sermons que « nous n’avons point sur terre, depuis le péché, de vrai sujet de nous réjouir » Néanmoins le pouvoir est conscient que le peuple doit se défouler et le rire populaire  prend toute    sa place,  le peuple s’amuse des scènes grotesques et burlesques que propose la commedia dell’arte  où  un  mari  bat  sa  femme  par  exemple ;  tous  les  personnages  rossés  ou  fessés  provoquent  une  véritable jubilation.    Si  la  comédie  est  d’abord  la  cible  de  l’Eglise,  ce  sont  bientôt  les philosophes  qui  sont  objet  d’attaques : en effet Rabelais avec Pantagruel  ou Descartes font l’éloge du rire et de sa place au sein  

G. VALLEE – ESUP Saint‐Germain 

LES TROIS GRANDES PERIODES DU RIRE  DE LA MYTHOLOGIE A L’HISTOIRE CONTEMPORAINE 
    des  émotions  humaines ;  l’Eglise  dénonce  « le  rire  philosophique »  comme  ayant  un  caractère ...
tracking img