Risque del'hors bilan

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9528 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les risques de hors bilan : le cas Lehman Brothers | |
| |
|Par Frédérique Garrouste |
|le 06/05/2010|
| |
| |
||
| |
| |

[pic]
|ARTICLES ASSOCIES|
|Une spécificité française |
|« Une démarche sur les risques relève de la direction générale » |
|« Lessystèmes d'information sont en phase d'intégration » |

[pic]
[pic]
|SUR LE MÊME SUJET |
|L'ancien PDG de Saint-Gobain nommé président de Lazard Asie|
|« Allouer plus de capital en Europe centrale et orientale » |

[pic]
[pic]
Cet article est extrait de
[pic]
Pour le découvrir, cliquez ICI
[pic]
Les révélations récentes sur les actifs que Lehman Brothers aurait abusivement sortis de son bilan en utilisant la mise en pension ne paraissent pasmettre en lumière un nouveau type de risque de contrepartie. « Les autres banques soupçonnaient ces pratiques, même si Lehman Brothers n’a dit nulle part qu’il avait recours au 'repo 105' pour réduire son bilan d’environ 15 %, indique Pierre-Henri Conac, professeur de droit des marchés financiers à l’Université du Luxembourg. Ce n’est certes pas la première fois que ce type de pratiques est évoqué,il y aura toujours des possibilités comptables d’habiller son bilan, la comptabilité n’étant pas une science exacte. »

Toutefois, l’évolution des normes devrait aider à réduire la difficulté. « Compte tenu de la structure des normes IFRS aujourd’hui, avec IFRS 9, il est beaucoup plus difficile de déconsolider, surtout s’il y a un engagement de reprise, explique Lionel Escaffre, commissaire auxcomptes. Les normes américaines laissent une capacité d’interprétation plus grande mais la convergence avec les normes IFRS devrait également finir par régler la question. »

L’affaire met tout de même au grand jour les problèmes d’évaluation des risques de hors bilan. « Les normes IFRS imposent, certes, de reconsolider une partie du hors bilan comme certaines parts de titrisation, observeMarie-Pierre Peillon, directrice de l'analyse financière et extra-financière chez Groupama AM. Mais il est aussi important de rappeler que pour les produits dérivés comme les options, les 'swaps' de taux et même les simples couvertures, la taille du hors bilan peut être colossale. Il est alors impossible d'analyser les risques correspondants : le notionnel peut correspondre à une position de...
tracking img