Rites de l'initiation dans la francmaconnerie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1079 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le FEU
…………………
Le Feu, de part son origine, entre directement dans le monde mythique et symbolique.
Il est le seul des 4 éléments à provenir des entrailles de la Terre, au travers de la foudre et la lave des volcans.

La mythologie grecque et romaine a toujours associé les dieux et le feu : Vulcain, (dont le symbole estle marteau), fut le dieu romain du Feu, de la forge, des volcans sous marins, des métaux et le patron des forgerons.

Durant la préhistoire, l'homme qui parvenait à domestiquer le feu avait une dimension de héros. Protégé nuit et jour comme le plus précieux des trésors, le feu représentait un élément de survie permettant de faire cuire les aliments, de réchauffer les corps et de se défendre.Très convoité, cause de massacres entre les peuplades, il constitua un atout primordial pour leur existence et illustra les premiers pas de l'homme vers la civilisation.
C'est à juste titre donc que « la découverte » du feu passe légendairement pour être l'invention primordiale, du moins fut-elle considérée comme telle dans de nombreux ouvrages d’anthropologues.

Le champ du symbolisme« pyrologique »semble s'orienter vers deux axes essentiels:
« le feu en tant qu’élément réchauffant » et « le feu en tant qu’élément purifiant ».

« Le feu, élément réchauffant »

Dans la mythologie, le feu est le symbole érotique le plus vulgarisé. De nombreuses images et métaphores associent le feu et l'acte sexuel, la passion amoureuse brulante ou simplement l'amour et l'affectivité. Eros, ledieu grec de l'Amour, est représenté le plus souvent portant une torche et un arc, deux instruments suggérant la blessure amoureuse.

Les poètes du courant romantique s’appuient tout particulièrement sur le feu car il renvoie à l’enthousiasme et surtout à la passion, à la consumation totale du MOI et à sa fusion avec le TOUT c'est-à-dire à la dispersion dans l’immensité du monde.
GastonBachelard, philosophe du XXème siècle, a fait une étude sur les 4 éléments et s’étend plus particulièrement sur le Feu. Il consacre la plus grande partie de son ouvrage « La psychanalyse du feu » à l'aspect érotique de la chaleur partagée.
Pour lui, la découverte du feu dans la préhistoire serait d’origine sexuelle c'est-à-dire poétique et affective (le frottement des pierres évoquant celui descorps) et non d’origine rationnelle c'est-à-dire l’utilité manifeste.

Dans le symbolisme, il en va différemment. Le feu, c’est aussi ce qui brule dans le foyer. Et le foyer s'entend aussi bien pour la demeure intime de la famille (l'enfant du foyer, issu de l’amour), pour le lieu d'accueil destiné aux personnes fragilisées pour y recevoir la chaleur humaine nécessaire à tout un chacun quepour l'âtre aménagé dans la maison pour se prémunir du froid, faire cuire les aliments ou chauffer l'eau; ces 2 éléments symboliques, feu et eau, se rejoignant d'ailleurs souvent. Dans les campagnes autrefois, il était coutume, l'hiver de boire de l'eau de vie, ce breuvage produit grâce au feu couvant sous l’alambic.

Le feu, c’est aussi l’illumination, le prolongement de la lumière dontl'action est féconde.
Le soleil est feu qui symbolise la connaissance intuitive, l'esprit vif.
Dans le temple, ne travaille-t- on pas sous le Soleil représentant la Raison éclairant les intelligences et sous la lumière de plusieurs bougies et, notamment, de celles posées sur les 3 colonnes représentant la sagesse, la force et la beauté.

Le feu, c'est aussi la flamme de la vie, de la paix etde l'espoir qui brûle en chacun de nous.
Le feu se perçoit de 2 manières : de l'extérieur, quand nous pouvons le toucher matériellement sous ses diverses formes et de l'intérieur car nous pouvons ressentir, dans notre corps, des états de chaleur intense.
Et c'est en cela qu'il se différencie des 3 autres éléments, la terre, l'air et l'eau car nous n'avons pas conscience de ce qui...
tracking img