Robespierre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 63 (15640 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
| « Robespierre » redirige ici. Pour les autres significations, voir Robespierre (homonymie). |
Maximilien de Robespierr |
|
École française du XVIIIe siècle, Portrait de Maximilien Robespierre musée Carnavalet |
|
Nom de naissance | Maximilien Marie Isidore de Robespierre |
Surnom(s) | « L'Incorruptible » |
Naissance | 6 mai 1758
Arras |
Décès | 28 juillet 1794 (à 36 ans)Paris |
Nationalité | Française |
Profession(s) | Avocat |
Autres activités | Homme politique |

Signature de Robespierre
Maximilien Marie Isidore de Robespierre[1], ou Maximilien Robespierre[2], né le 6 mai 1758 à Arras (Artois) et mort guillotiné le 28 juillet 1794 à Paris, place de la Révolution, était un avocat et un homme politique français.
Principale figure des Montagnards sous laConvention, il incarna la « tendance démocratique » de la Révolution française. Il demeure l'un des personnages les plus controversés de cette période, surnommé « l'Incorruptible » par ses partisans, et qualifié de « tyran » ou de « dictateur sanguinaire » par ses ennemis pendant la Terreur et après Thermidor.
Sommaire[masquer] * 1 Enfance et formation * 2 Un jeune avocat de province * 3L'Assemblée constituante * 4 Le Club des Jacobins * 5 L'insurrection du 10 août 1792 * 6 La Commune de Paris face à la Législative * 7 La Convention girondine * 8 La Convention montagnarde * 8.1 Robespierre et la Terreur * 8.2 La lutte contre les factions * 8.3 L'Être suprême * 9 La chute * 10 L'exécution * 11 Citations * 12 Les petites histoires * 13 Œuvres * 14Notes et références * 15 Voir aussi * 15.1 Sources * 15.2 Articles connexes * 15.3 Discours * 15.4 Bibliographie * 15.5 Quelques articles * 15.6 Filmographie * 15.7 Références discographiques * 15.8 Liens externes |
Enfance et formation [modifier]

Portrait de Maximilien de Robespierre, par Adélaïde Labille-Guiard, peint en 1791
Maximilien deRobespierre était le fils ainé de Maximilien-Barthélémy-François de Robespierre (né en 1732), avocat au Conseil supérieur d'Artois, et de Jacqueline-Marguerite Carraut (née en 1735), fille d'un brasseur d'Arras. Après leur rencontre en 1757, les deux jeunes gens s'étaient mariés le 2 janvier 1758. Né à Arras le 6 mai suivant, Robespierre fut donc conçu hors mariage[3]. Par son père, il descendait d'unefamille de gens de robe artésiens: son grand-père Maximilien (1694-1762) était également avocat au Conseil supérieur d'Artois, son bisaïeul Martin (1664-1720) procureur à Carvin, son trisaïeul Robert (1627-1707) notaire à Carvin et bailli d'Oignies. Le couple eut encore quatre autres enfants : Charlotte en 1760, Henriette-Eulalie-Françoise en 1761 et Augustin en 1763; le puîné vit le jour le4 juillet 1764. Mais la mère mourut dix jours plus tard, à vingt-neuf ans, suivie de près par le nouveau né. Robespierre avait six ans. À en croire les Mémoires de Charlotte, François de Robespierre aurait abandonné ses enfants peu après la mort de son épouse. En revanche, selon Gérard Walter, on trouve des traces de lui à Arras jusqu'en mars 1766, puis de nouveau en octobre 1768. Ensuite, deux lettresde François de Robespierre, envoyées de Mannheim, nous confirment qu'il vivait en Allemagne en juin 1770 et en octobre 1771. L'année suivante, d'après le registre d'audiences du Conseil d'Artois, il était de retour à Arras, où il plaida quinze affaires du 13 février au 22 mai. Enfin, en mars 1778, à la mort de son beau-père, un jugement de l'Échevinage d'Arras indique qu'étant absent, il s'étaitfait représenter. Par la suite, si l'on prête foi à ce document, on perd sa trace[4]. En revanche, un acte d'inhumation le fait mourir à Munich le 6 novembre 1777[5], version reprise par Henri Guillemin[6] ou Catherine Fouquet[7], mais rejetée par Gérard Walter, comme l'hypothèse d'un passage en Amérique[8].
Après la mort de leur mère, les deux filles furent recueillies par leurs tantes...
tracking img