Roland barthes, mythologies

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1371 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le mythe aujourd'hui
Roland Barthes
"Faute de pouvoir encore établir les formes dialectales du mythe bourgeois, on peut toujours esquisser ses formes rhétoriques. Il faut entendre ici par rhétorique un ensemble de figures fixes, réglées, insistantes, dans lesquelles viennent se ranger les formes variées du signifiant mythique. Ces figures sont trasparentes, en ceci qu'elles ne troublent pas laplasticité du signifiant ; mais elles sont déjà suffisamment conceptualisées pour s'adapter à une représentation historique du monde (tout comme la rhétorique classique peut rendre compte d'une représentation de type aristotélicien). C'est par leur rhétorique que les mythes bourgeois dessinent la perspective générale de cette pseudophysis, qui définit le rêve du monde bourgeois contemporain. Envoici les principales figures : 1° La vaccine. J'ai déjà donné des exemples de cette figure très générale, qui consiste à confesser le mal accidentel d'une institution de classe pour mieux en masquer le mal principiel. On immunise l'imaginaire collectif par une petite inoculation de mal reconnu ; on le défend ainsi contre le risque d'une subversion généralisée. [...] 2° La privation d'Histoire. Lemythe prive l'objet dont il parle de toute Histoire [NDBP : Marx : "nous devons nous occuper de cette histoire, puisque l'idéologie se réduit, soit à une conception erronée de cette histoire, soit à une abstraction complète de cette histoire" Idéologie Allemande]. En lui, l'histoire s'évapore [...] il ne peut venir que de l'éternité : de tout temps il était fait pour l'homme bourgeois [...] On voittout ce que cette figure heureuse fait disparaître de gênant : à la fois le déterminisme et la liberté. Rien n'est produit, rien n'est choisi : il n'y a plus qu'à posséder ces objets neufs, dont on a fait disparaître toute trace salissante d'origine ou de choix. Cette évaporation miraculeuse de l'histoire est une autre forme d'un concept commun à la plupart des mythes bourgeois,l'irresponsabilité de l'homme. 3° L'identification. Le petit-bourgeois est un homme impuissant à imaginer l'Autre. Si l'autre se présente à sa vue, le petit-bourgeois s'aveugle, l'ignore et le nie, ou bien il le transforme en luimême [...] on ne juge jamais que des analogues dévoyés : question de route, non de nature, car l'homme est ainsi fait. [...] 4° La tautologie. [...] La tautologie est ce procédé verbal quiconsiste à définir le même par le même [...] On peut voir en elle l'une de ces conduites magiques dont Sartre s'est occupé dans son Esquisse d'une théorie des émotions : on se réfugie dans la tautologie comme dans la peur, ou la colère, ou la tristesse, quand on est à court d'explication : la carence accidentelle du langage s'identifie magiquement avec ce que l'on décide d'être une résistancenaturelle de l'objet. [...] 5° Le ninisme. J'appelle ainsi cette figure mythologique qui consiste à poser deux contraires et à balancer l'un par l'autre de façon à les rejeter tous deux. [...] Le ninisme peut avoir des formes dégradées : en astrologie, par exemple, les maux sont suivis de biens égaux ; ils sont toujours prudemment prédits dans une perspective de compensation : un équilibre terminalimmobilise les valeurs, la vie, le destin, etc. Il n'y a plus à choisir, il faut endosser. 6° La quantification de la qualité. [...] En réduisant toute qualité à une quantité, le mythe fait une économie d'intelligence : il comprend le réel à meilleur marché. [...] L'art dramatique bourgeois repose sur une pure quantification des effets : tout un circuit d'apparences computables établit une égalitéquantitative entre l'argent du billet et les pleurs du comédien, le luxe d'un décor [...] 7° Le constat. Le mythe tend au proverbe. L'idéologie bourgeoise investit ici ses intérêts essentiels : l'universalisme, le refus d'explication, une hiérarchie inaltérable du monde. Mais il faut distinguer de nouveau le langage-objet du méta-langage. Le proverbe populaire, ancestral, participe encore d'une...
tracking img