Role opep

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4144 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le rôle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP)
Source : La documentation française
Philippe Copinschi, docteur en science politique, consultant sur les questions pétrolières internationales et maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris, explique le rôle de l'OPEP pour Questions internationales. Il est notamment l’auteur de l'article « Rente pétrolière,géopolitique et conflits », in Questions internationales n° 2 « Le pétrole : ordre ou désordre mondial » (La Documentation française, juillet-août 2003, épuisé) et de l’article « Privatisations et dérégulations : les nouvelles logiques du marché pétrolier », in Questions internationales n° 24 « La bataille de l’énergie » (La Documentation française, mars-avril 2007).

« L’Organisation des paysexportateurs de pétrole (OPEP) a été fondée en septembre 1960 dans le but de « coordonner et unifier les politiques pétrolières des États membres et de déterminer les meilleurs moyens de sauvegarder leurs intérêts, individuellement et collectivement ». Les pays suivants en sont membres : Arabie saoudite, Irak, Iran, Koweït, Venezuela (membres fondateurs), Qatar (adhésion en 1961), Indonésie (1962),Libye (1962), Émirats arabes unis (1967), Algérie (1969), Nigeria (1971), Équateur (1973) et Angola (2007). L'Équateur a suspendu sa participation entre 1992 et 2008 ; le Gabon en a été membre de 1975 à 1996 ; l’Indonésie, qui est devenue importatrice nette de pétrole, a annoncé en mai 2008 sa sortie de l'organisation.

Naissance de l’OPEP

La création de l’OPEP est intervenue dans uncontexte d’exacerbation de la concurrence entre compagnies pétrolières et, par voie de conséquence, de fortes pressions à la baisse sur le prix du pétrole. À cette époque en effet, la production de pétrole était principalement prise en charge par les grandes compagnies, majoritairement anglo-saxonnes. L’industrie pétrolière était encore verticalement intégrée dans la mesure où ces compagniess’occupaient à la fois de produire le pétrole brut, de le raffiner et de vendre les produits raffinés (carburants, etc.) au consommateur final. Ainsi, le prix du brut, qui était fixé de manière unilatérale par les compagnies pétrolières, ne servait qu’à établir la base de calcul des royalties que ces compagnies devaient verser aux États dans lesquels elles opéraient. C’est en réaction directe aux diminutionsde prix imposées par les compagnies en 1959 que les gouvernements des principaux États producteurs de l’époque décidèrent de se regrouper au sein d’un cartel.

Pendant dix ans, les prix restèrent stables. Ce n’est qu’à partir de 1970 que les premières augmentations eurent lieu sous la pression des membres les plus militants du cartel comme la Libye, l’Algérie et le Venezuela. Mais c’est en1973 que l’OPEP donna la mesure de sa puissance en imposant une hausse massive du prix du brut à l’occasion de la guerre du Kippour. Ce fut le premier choc pétrolier durant lequel le prix du pétrole quadrupla en quelques mois. Depuis lors, l’OPEP est perçue comme disposant d’une capacité de contrôle quasi hégémonique sur le prix du pétrole, ce qui n’est aujourd’hui plus vrai.

L’OPEP et le prix dupétrole

Cette vision relève en effet en grande partie du mythe. L’interprétation du choc pétrolier de 1973, mettant en avant le rôle politique de l’OPEP, tend à négliger le fait qu’au cours des années 1960, la demande pétrolière avait connu une croissance phénoménale, de plus de 7 % par an, et qu’à ce rythme, il fallait, pour continuer à couvrir la demande, découvrir l’équivalent d’unenouvelle Libye tous les ans ! Le choc de 1973 résulte plus de cette arithmétique que de la supposée ambition politique de l'OPEP. La guerre du Kippour fut plus le prétexte politique que la cause profonde d'un choc pétrolier qui, selon toute vraisemblance, aurait eu lieu tôt ou tard : le rythme de la croissance économique mondiale de l’époque, basée sur une consommation effrénée de pétrole, n'était...
tracking img