Rolland garros

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1057 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Légendaire

En remportant Roland-Garros pour la première fois, au terme d'une finale maîtrisée de bout en bout face à Robin Soderling (6/1, 7/6 (2), 6/4 en 1h55), Roger Federer est entré dans la légende du sport. A 27 ans, le Suisse égale le record de titres du Grand Chelem (14)

Ce fut un dimanche pourri. Pluie, vent, froid, c'était un dimanche de juin à rester chez soi. Mais finalement, cesera à jamais un dimanche historique. Un dimanche fabuleux, pour tous les amoureux du sport. Un dimanche où la grâce, le talent, la classe à l'état pur ont été portés aux nues. Tous ceux qui étaient assis dans les tribunes du court Philippe-Chatrier, en ce dimanche 7 juin, n'oublieront pas ce qu'ils ont vécu. Ils ont eu la chance, l'immense privilège, de ne pas être restés au chaud, chez eux. Ilsont assisté à un exploit, un immense exploit.

Roger Federer a donc enfin gagné Roland-Garros. Enfin. Après trois échecs en finale. Tout avait été dit sur les enjeux de ce match... Quand il pénètre sur le court Philippe-Chatrier, à 15h02, pour y disputer sa quatrième finale de suite, "Rodgeur", pour une fois, n'emboîte pas le pas de Rafael Nadal. Le Suisse a une occasion unique de conquérir sonpremier Roland-Garros, son 14e titre du Grand Chelem (et d'égaler le record de Pete Sampras)…

Dès le premier point

"Rodgeur", évidemment, a conscience de tout ça. Il part favori. Surtout parce qu'il est nanti d'un avantage de neuf victoires à zéro face à Robin Soderling, avec un seul set perdu. Et puis, le Suédois dispute sa toute première finale dans un "majeur". Certes, le parcours del'élève de Magnus Norman a été époustouflant, mais une finale, c'est si différent. Demandez à Dinara Safina…

Dès le premier échange, Federer montre qu'il sera le patron. Il fait craquer Soderling après un long rallye. Devant des tribunes déjà pleines, le n°2 mondial s'offre même un break d'entrée, sur une double-faute adverse. Evidemment, le Suédois est tendu. Mais le Suisse, lui, touche au sublime.Il distille ses premières amorties, il casse le rythme en revers, il sert le plomb (il totalisera 16 aces), il balaie les lignes en coup droit. C'est un récital. Tout y passe. C'est un délice pour ses supporters, un calvaire pour son adversaire.

La première manche est avalée 6/1 en seulement 23 minutes, sous les yeux admiratifs de quelques stars du sport, comme Tony Parker (et sa femmel'actrice Eva Longoria) ou Bixente Lizarazu, mais aussi Isabelle Adjani, qui a dû apprécier cette "gifle" infligée au tombeur de Rafael Nadal. Quand la balle sort de la raquette du Suisse, elle fait un bruit merveilleux, comme un murmure de plaisir...

Tandis qu'une averse se fait plus violente, un malheureux incident stoppe cette finale, à 2-1 dans le deuxième set. Un spectateur vêtu de la tenue du FCBarcelone pénètre sur le court et s'approche de Federer. Il tente même de lui poser sur la tête un drôle de couvre-chef. L'impudent se fait logiquement huer, avant d'être expulsé sans ménagement par le service de sécurité. Le public réagit bien en scandant "Rodgeur, Rodgeur", histoire de revenir au plus vite à l'essentiel.

Un impudent vite chassé

L'essentiel, Robin Soderling s'y met aussi.Le Suédois rentre enfin dans le match, notamment en passant davantage de premières balles. La partie s'équilibre et le tie-break est inévitable dans ce deuxième set.

Ce tie-break, ce sera le chef d'œuvre du maestro. Il démarre par un ace, puis s'octroie un mini-break d'un coup droit incisif, dans le contre-pied. Plus tard, une amortie de coup droit lui donnera cinq balles de set. Et un nouvelace, le quatrième dans ce jeu décisif (sur quatre points joués sur son service !), scelle ce tie-break sur le score de 7 points à 1. Intouchable, le Suisse…

Et voilà Soderling, dans les cordes, qui cède son service d'entrée de troisième. Break confirmé. 2-0. "Fed" n'a perdu, pour le moment, que 8 points sur son service, sur 56 disputés ! Rien ne semble pouvoir sauver le Suédois. Rien sauf la...
tracking img