Roman comique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1782 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Roman Comique, Scarron
 Axe 1. La Rancune, un anti-héros.
 ×Misanthrope (Qui a une opinion défavorable du genre humain.) :
⋄Verbe "haïr" ligne 7
⋄Beaucoup de tournures négatives "ne s'aiment pas" (l. 8)
×Nom : "La Rancune" ligne 6. Peu valorisant et mis en valeur par l'article "la".
×Semble que La Rancune ait un certain talent de comédien, cependant. Enumération deses rôles (l.18 à l. 25). Mais toutes ces qualités annulées par la critique qui suit : "une vanité insupportable" ligne 26. De là, s'ensuit une énumération des défauts de La Rancune (l. 26 à l. 28). Gradation dans cette énumération.
×Les défauts cités sont de plus en plus détaillés (le 1er défaut est suivi d'un adjectif qualificatif, le dernier par un adjectif + une préposition subordonnée.).⋄Rythme de la phrase ternaire.
×Deux comparaisons animales (l. 11 et l. 12) qui rabaissent le personnage.
×La Rancune n'est pas apprécié, au contraire, il est craint.
⋄ "Tout cela le faisait craindre à ses compagnons" (l. 29-30)
×Autre comparaison animale ligne 31, plus positive cette fois : "doux comme un agneau". Il fait ce qu'il peut (l. 32).
×"assezd'esprit" (l. 10). Qualité annulée aussitôt par le "assez". Il se sert de son esprit pour écrire de méchants vers. Qualité annulée encore une fois.
×Discours indirect libre à partir de la ligne 12, pour retranscrire ce que La Rancune pense de ses camarades.
×Prétentieux "je crois qu'il eut aisément laissé conclure" (l. 15).
Axe 2. Un narrateur espiègle.
 ×Dans son style, dans son écriture parrapport à la description du personnage.
⋄ Expressions qui font sourire "vieil singe"
×Il intervient directement dans la description.
×Il accorde foi à la parole des autres.
⋄ "On ne l'avait jamais vu" ligne 9 et "je crois qu'il eut aisément" ligne 15. Il avance des choses sur La Rancune, sans en être sûr.
×Le lecteur ne sait pas s'il peut faire confiance au narrateurpuisque celui-ci avoue qu'il n'est pas toujours certain de c qu'il dit.
×Titre du chapitre : moquerie et autodérision (genre romanesque?). Titre assez particulier pour un livre
×Embrouille le lecteur et veut lui faire perdre le fil du récit avec la parenthèse excessivement longue des lignes 2 à 7. Syntaxe très complexe.
×Narrateur ironique à la ligne 3 : "rien deplus parfait que"comparatif) visant à établir une critique des héros stéréotypés type Lancelot.
×Utilisation du présent dé vérité générale qui souligne l'absurdité de cette définition figée du héros de roman.
×L'auteur tourne en dérision ses propres personnages en remettant en questions le terme "héros" (cf. "soi-disant tels".).
Le portrait de ce personnage est tout le contraire des portraits de héros médiévaux(ex : Lancelot). L'auteur nous présente un personnage tellement caricatural qu'il en devient grotesque. Les codes du roman de chevalerie sont totalement remis en question.
Résumé :
Le Roman comique, c’est le roman des comédiens, d’une troupe de comédiens ambulants qui circulent en charrette, jouent où ils peuvent, couchent où ils peuvent et se nomment le Destin, la Rancune, Mademoiselle del’Étoile ou Mademoiselle de la Caverne. Aventures d’auberges, aventures de tripots, aventures qui se greffent sur l’aventure, ainsi celle de « l’amante invisible » racontée par Ragotin, « petit homme veuf d’une petite femme, qui avait une petite charge dans une petite juridiction voisine » et « assez mauvais poète pour être étouffé s’il y avait une police dans le royaume ». « Scarron est l’Homère del’école bouffonne », écrivait Théophile Gautier. Giono parlait d’un « livre extraordinaire de style », d’« un art d’une couleur magique », et Diderot disait que, contre les « vapeurs » et la neurasthénie, il n’y avait pas meilleure tisane que quatre chapitres de Don Quichotte et un paragraphe bien choisi de Rabelais infusés dans huit à dix pages du Roman comique.
Mon avis :
Vous ne vous sentez...
tracking img